Tendances de la nature humaine

Les tendances de la nature humaine :


Pour tenter de comprendre les interactions humaines et se comprendre soi-même, il est souvent utile de se rappeler les besoins, les objectifs et les tendances primitives de notre espèce.

Nous pouvons voir ces tendances comme les “outils” rudimentaires du mental de l’être humain qui vont dicter notre comportement et nos choix. Rudimentaires car c’est un strict minimum qui sera amélioré. Lorsque nous avons conscience de ces tendances nous devenons capables de les remanier afin d’être pertinent avec notre environnement et nos objectifs.


Ces tendances ne sont pas là pour tout expliquer car elles sont primitives, inconscientes et évolutives. Elles servent surtout à l’introspection et à mieux appréhender l’architecture de la pensée.

En tant qu’outils naturels et évolutifs, il y aura une distribution variable et une évolution propre à chacun selon, l’époque, la culture, l’éducation, les expériences…

Il y a trois groupes de tendance de base :

•Les Tendances primaires :

Ce vers quoi toutes les tendances vont tendre. Qui est communes à tous les organismes vivants.

•Les Tendances secondaires :

Que nous pouvons voir comme les outils les plus rudimentaires afin de tendre vers les besoins primaires.

•Les Tendances tertiaires :

Rattaché à plusieurs tendances et servant à les soutenir, les faire évoluer.


TENDANCES PRIMAIRES

• La survie :

Comme tout organisme vivant, la survie fait partie de l’instinct de base. Survie de soi-même et/ou de l’espèce.

• La reproduction :

Comme tous les organismes également, la reproduction, donc la survie de l’espèce, fait partie de l’instinct de base, sans quoi l'espèce est vouée à disparaitre.

Sélection naturelle oblige, la reproduction sera parfois sélective pour contribuer à la survie et l'amélioration de l’espèce. Les plus faibles, les moins aptent à survivre ne se reproduiront pas ou peu (selon l’espèce cela prendra différentes formes).

TENDANCES SECONDAIRES

• La sociabilité :

Lié à la survie, car l’humain a toujours eu une meilleure espérance de vie en groupe. Lié également à la reproduction car l’humain ne peut pas se reproduire seul. Le fait d'évoluer en communauté permet à l'humain de progresser et apprendre beaucoup plus vite, en mettant en commun le savoir, en partageant les compétences.

Lié à la survie et à la reproduction. Les rudiments de l’égo pour contribuer au contact social sont le désir d’être aimé et reconnu, désir de monter que nous sommes utiles et forts (plus de détails sur l'égo ici).

Sélection de l’utile (ou paresse séléctive) :

Tendance servant à trier ce qui semble utile. Au-delà de l’aspect sélectif, cette tendance contribuera au fait d’être plus déterminé à accomplir ce qui semble utile et vitale. Comme tout outil rudimentaire, cette tendance doit être comprise et travaillée car selon l’âge, l’époque et la civilisation, ce qui est utile sera différent. Il est également nécessaire d’avoir suffisamment de connaissances et une bonne compréhension de notre environnement pour se rendre compte de ce qui est utile ou non. Sans quoi cette tendance ira naturellement vers ce qui semble le plus évident.

• La Recherche de sécurité :

Lié à la survie de soi-même et de l’espèce, cette tendance concerne la sécurité sous toute ses formes. Selon l’âge, l’époque, la civilisation et l’individu, cette sécurité peut prendre différentes formes : sécurité physique, affective, psychologique, matérielle, financière… Une fois la sécurité obtenu, nous pourrons alors nous concentrer sur autre chose pour évoluer.

TENDANCE TERTIAIRE

• Recherche et envie de plaisir :

Une tendance (ou sensation) utile pour rendre les tendances primaires et secondaires désirables. Plaisir d’être aimé, d’être reconnu, de se reproduire, de se nourrir…

Nous avons tendance à aimer ce qui est bon pour la survie et la reproduction (de manière plus ou moins directe). Généralement nous trouvons agréable ce qui va dans le sens des tendances secondaires : notre égo, être assisté/aidé (paresse, le social (famille, amis...) ou notre sécurité. C’est également pourquoi en marketing ce qui est communément admis comme attirant l’attention et parlant au plus grand nombre sont : la famille, le sexe, la peur, la flatterie, le jeu ou la nostalgie (des choses dont le Stoïcien devra ce méfier).

Cette tendance est évolutive et devra être apprivoisée afin d’être maîtrisée et pertinente avec notre existence et notre conscience. Car le piège avec l’envie et le plaisir est qu’ils sont régulés par deux choses :

- Des sécrétions dans le corps (dopamine entre autres) qui peuvent être activées avec des substances.

- Notre interprétation : qui peut être orientée par des facteurs extérieurs (grace ou à cause des biais cognitifs).

Le tout afin de rendre désirable ce qui ne l’est pas, mais qui sera profitable à quelqu’un d’autre.

•Peur de l’inconnu :

Nous avons tendance à nous méfier ou avoir peur de l’inconnu qu'on juge (consciement ou non) susceptible de nous mettre en danger. Ce danger peut être tangible ou conceptuel. Ce qui contribuera à la survie et la sécurité.

La méfiance et la peur pouvant avoir différentes origines et varient selon chaque individu mais également selon ce qui est inconnu. Nous pouvons avoir peur parce qu’il y a un risque de mort, risque de ne plus être en sécurité, risque d’être rejeté, risque de ne plus pouvoir se reproduire…

Cette tendance sert à nous protéger. Cependant l’inconnu peut être présenté avec des airs familiers, ce qui peut nous induire en erreur.

La peur engendre la tendance à chercher une signification sur ce qui est inconnu, surtout lorsque l’inconnu est inaccessible. Donner un nom ou chercher un sens à l'inconnu aura pour effet d’enlever une part de mystère et se sentir plus en sécurité. L’humain ayant beaucoup d’autres tendances fortes comme l’égoïsme et la fainéantise, il inventera souvent un sens qui le concerne.

•Croire en quelque chose :

Le besoin ou la nécessité de croyance trouve son origine dans les tendances secondaires.

Exemples :

- Lié à la Paresse : Croire en l’extraordinaire ou à des probabilités très faibles. Ce qui entretient l’idée que nous pouvons nous passer d’un travail de longue haleine pour obtenir ce que nous voulons. Cette tendance peut apaiser l’esprit et comme toute tendance elle est utile, cependant le stoïcien fera attention de savoir pourquoi il croit en quelque chose.

- Lié à la sécurité : Croire en une puissance supérieure. Ce qui entretient l’idée que tout est calculé et régis par quelqu’un ou quelque chose, qu’il y a un sens caché, qu’éventuellement si nous faisons ce que cette puissance supérieure veut, elle nous gardera en sécurité, toute notre vie et plus encore. Ce qui permet éventuellement de donner un sens à notre vie.

- Lié à l’égo : Croire en soi. Que nous avons les capacités/le pouvoir de faire. Mai saussi croire que nous sommes unique et spécial.

• Le besoin d’appartenance :

Le besoin d’appartenance et d’identification (à un ou plusieurs groupes). La sociabilité est un outils pour créer des liens et le besoin d'appartenance permet de maintenir et consolider ces liens. Ce groupe d’appartenance pouvant avoir des origines différentes et peut se faire selon le contexte (même langue, même pays, même ville, même centre d’intérêt, même métier, même passe temps, même goût…).

• Insatisfaction & avidité :

Lié le plus souvent à l’égo, cette tendance nous conduit à ne pas nous contenter de ce que nous avons. Tendance très utile pour permettre à l’humain d’évoluer, se pérenniser, assurer sa survie et sa reproduction. Cependant lorsque cette tendance est dirigée par un égo non maitrisé, cela peut être contre-productif et avoir des conséquences non désirables pour soi-même et pour notre entourage.


Les émotions viendront soutenir l’accomplissement de ces tendances. Les émotions qui ont la double utilité de nous servir de boussole (savoir ce qu’on aime, ce qui est plaisant ou non) et de communication non verbale (faire savoir ce que nous ressentons). Comme tout outil rudimentaire il sera façonné au fil du temps et devra être compris, questionné, adapté et maîtrisé.

Nous avons tous ces trois groupes de tendances en commun, cependant ils sont hiérarchisés de façons différentes et plus ou moins présent. La différence notable est que certaines personnes ont conscience de ces tendances, de leur “Moi” profond et d’autres pas encore.

Etant par défaut inconscient, ils doivent être conscientiser si nous voulont les maîtriser. Auquel cas elles seront façonnées selon nos expériences ou orienter par d’autres personnes (le conditionnement de l’esprit par exemple, est une façon d’orienter une tendance).