Symbole de "Aum"

La vibration lors de la récitation du son Aum, ou Om, met en état d'introspection et détruit les obstacles mentaux. Le symbole et le son sont aussi des supports de concentration.
est une syllabe sanskrite. C'est l'un des symboles le plus sacré de l'hindouisme. Il représente, entre autres, la vibration divine de l'univers et le son parfait.


Patanjali Yoga Sutra ch.1-13

"Tatra sthitau yatno'bhâsah"

L'effort continue pour tenir les pensées (vrittis) parfaitement refrénées, c'est la pratique.

Dalaï Lama

Pour atteindre l'état de Bouddha, il faut apprendre à pratiquer le Dharma. La vraie pratique du Dharma est intérieure : c'est un esprit paisible, ouvert, généreux, un esprit que l'on a su dompter, qui est complètement contrôlé.

(Livre : L'enseignement du Dalaï Lama)



Ashtanga Yoga, les huits membres du yoga selon Patanjali :
  1. Yama
  2. Niyama
  3. Asana
  4. Prânâyâma
  5. Pratyâhâra
  6. Dhâranâ
  7. Dhyâna
  8. Samâdhi
Les huit étapes dépendent de la concentration.

La concentration



Dans la pratique d'Asanas et de Prânâyâma, la concentration est la faculté de fixer  l' esprit sur un point, d' arrêter le flux constant de pensées. C'est plus strict que la concentration qui se pratique le reste de la journée, qui demande le maintien des pensées dans une direction souhaitée où l'esprit continue d'être en mouvement.

Les organes des sens provoquent des émotions qui agitent notre mental. L’esprit est noyé par les pensées ce qui empêche l'introspection et la concentration.

Pratiquer la concentration sur un point n’est pas facile car c’est un énorme changement pour l’esprit constamment actif. Ce sont des efforts conscients et répétés qu’il faut fournir pour obtenir une pause dans le flux des pensées. Etre observateur de soi-même est le premier pas pour comprendre le fonctionnement du mental et ensuite pouvoir réfréner les pensées. Ces exercices amènent un état de bien-être et de calme, qui peuvent se ressentir dès la première séance. Une clarté d’esprit s’installe progressivement et permet des réflexions de plus en plus objectives, détachées d’émotions et de superflus.

Pour les personnes engagées dans une voie spirituelle, la concentration est un moyen de trouver la véritable nature du Moi. Selon les philosophies indiennes, la concentration profonde (la méditation) permet d’atteindre un état de conscience supérieur qui fournirait l’explication de notre existence. « Nous ne pouvons pas voir le fond d’un lac si la surface est recouverte de vagues ». Le fond du lac est notre véritable nature et les vagues sont l’agitation du mental, les pensées. Il est donc indispensable d’arrêter la production de pensées pour comprendre ce que nous sommes. L'effort de maintenir les pensées parfaitement réfrénées, est l'UNIQUE PRATIQUE pour se rendre Maître de l’esprit, but de toutes recherches spirituelles.

Toutes les techniques que proposent le bouddhisme et l'hindouisme (dont le yoga) ne sont que des voies différentes pour parvenir à une concentration de plus en plus profonde.

Ce n’est pas par hasard que Patanjali a consacré un chapitre entier à la concentration, et qui plus est, le premier chapitre !

Les huit membres du yoga qui sont décrits dans les Yoga Sûtras dépendent de la concentration. Les 4 premiers membres sont des exercices, ou des pratiques, qui permettent de travailler la concentration. Les 4 derniers sont des états qui résultent des exercices précédents.

Quand l'esprit est strictement fixé pendant un certain temps et que plus rien ne le perturbe, l'état de Dhâranâ est atteint. La méditation vient ensuite dans l'état de Dhyâna, puis l'état de Samadhi ouvre les portes de la réalité ultime.

  • Dhâranâ : la concentration
  • Dhyâna :  la méditation
  • Samâdhi : la supra-conscience