"YOGA ASANAS"
de Swami Kuvalayananda


Titre original : "ASANAS".
1931, première publication en hindi, traduit ensuite en anglais.




Traduit en français par Véronique Sharma.


Vous trouverez dans ce livre une description détaillée de la technique des principaux Asanas ainsi que leurs aspects scientifiques et thérapeutiques.



Nous avons vu précédemment que durant la respiration naturelle, le diaphragme et les muscles abdominaux exercent un massage bénéfique sur les organes vitaux situés dans l'abdomen. Cette action ne peut être efficace que si ces muscles sont forts et élastiques.
Les organes abdominaux sont : l'estomac, les intestins, le foie, le pancréas, les reins et la rate.



Postures inversées



Le sang alimente tout les tissus de l'organisme. Un sang de bonne qualité doit transporter une quantité suffisante d’oxygène, contenir des éléments nutritifs et être nettoyé des impuretés (toxines) par les organes prévus à cet effet (les intestins, les reins, la peau, les poumons).


Bref rappel du fonctionnement du système nerveux : La colonne vertébrale protège la moelle épinière qui transmet les messages nerveux entre le cerveau et le reste du corps. Entre chaque vertèbre émerge une paire de nerfs qui se ramifie dans tout le corps. Ce réseau innerve chaque tissu du corps humain et permet la gestion de tout l’organisme (motricité, fonctionnement des organes, échanges d'informations sensorielles...).



LE YOGA THERAPIE

Pour les personnes ayant des problèmes de santé, les Asanas et le Prânâyâma peuvent être un moyen de traitement mais le diagnostic doit être établi par un médecin et les séances doivent être adaptées. On parle de yoga-thérapie.




Posture du demi-lotus
"Ardha Padmâsana"



"LES POSTURES DU YOGA
Pourquoi et comment"

de O.P Tiwari


Titre original :
"ASANA WHY AND HOW"

Traduit en français par Didier Mangou

Vous trouverez dans ce livre l'essentiel du livre "Yoga Asanas" : description des postures et leurs aspects scientifiques et thérapeutiques. Il répond pleinement à la curiosité du lecteur débutant dans un langage clair et simple.




  

Valeur physiologique des Asanas

Vous trouverez une étude plus détaillée et plus complète dans le livre "Yoga Asanas" de S. Kuvalayananda.
La totalité des recherches scientifiques à ce sujet sont disponibles dans les revues "Yoga Mimamsa".


Les Asanas se divisent en 2 groupes : les postures de développement physique et les postures de méditation.


POSTURES DE DEVELOPPEMENT PHYSIQUE

Les postures de développement physique garantissent une excellente santé à celui qui les pratique régulièrement, voire quotidiennement, et qui les accompagne d'une hygiène de vie et d'une alimentation riche et saine ! 

Une bonne santé est un fonctionnement harmonieux des différents systèmes du corps humain. Ces systèmes, dépendants les uns des autres, sont tous indispensable à la survie.

Le but des Asanas est d'atteindre un bon équilibre physiologique afin de bénéficier de la plus grande vigueur organique. Ils agissent sur :

Le système digestif :

Les asanas vont agir directement comme un massage pour les organes internes. De plus, il est reconnu que les muscles soumis à des exercices d'extensions et de contractions, conservent leur force et leur élasticité. Les Asanas sont des exercices efficaces pour l'ensemble des muscles de la ceinture abdominale car la majorité des postures les sollicite, soit par extensions, soit par flexions, soit par torsions. Lors de la respiration naturelle, ces muscles vont masser efficacement les organes digestifs et abdominaux, leur permettant un meilleur fonctionnement : une bonne absorption des nutriments et une bonne élimination des déchets. Ce massage automatique est l'action naturelle la plus importante  pour la santé du système digestif.

Le système circulatoire :

Le cœur est un muscle très puissant. Alterner des exercices de yoga qui exercent une pression, puis une dépression dans la cage thoracique, renforce le cœur, donc l’efficacité du système circulatoire.

Les postures inversées permettent aux veines de transporter le sang jusqu’au cœur sans le moindre effort. Le bref soulagement des veines grâce à ces postures permet aux personnes souffrantes de varices d’en guérir, en pratiquant l’une d'elles quelques minutes par jour.

Le système respiratoire :

Certains Asanas maintiennent les poumons en bonne santé.

  • Il favorisent l’ouverture des alvéoles pulmonaires et les rendent pleinement actives.
  • Il renforcent les muscles respiratoires.
Le sang est oxygéné convenablement et peut alimenter les tissus.
Cependant, le Prânâyâma reste sans équivalent sur les bienfaits qu'il apporte au système respiratoire.

Le système nerveux :

Les postures de yoga permettent au système nerveux de fonctionner de façon optimale. 

  • Tous les Asanas sont d’excellents exercices vertébraux. Ils assouplissent la colonne, apportent une bonne mobilité des vertèbres, donc éliminent le risque de pincements ou d’irritations nerveuses. Les nerfs sont maintenus en parfait état ce qui favorise une bonne santé.
  • Les postures inversées apportent du sang enrichi au cerveau, lui assurant un bon fonctionnement.

Le système endocrinien :

Les Asanas maintiennent la santé des principales glandes endocrines et les rendent aptes à fournir les sécrétions nécessaires. Les principales glandes sont : la thyroïde, l’hypophyse, l’épiphyse, les glandes surrénales, le pancréas, les testicules chez les hommes et les ovaires chez les femmes. Une déficience de sécrétion de l’une de ces glandes peut avoir de sérieuses conséquences.

Le système musculaire :

Les Asanas fortifient les muscles thoraciques, abdominaux et pelviens. La santé de ces muscles est très importante sur le plan de la respiration, de la digestion et de la procréation chez la femme. Une musculature abdominale et pelvienne défaillante est responsable de nombreuses complications lors de la grossesse et de l’accouchement.

Concernant les muscles des bras et des jambes, les Asanas leur garantissent une bonne santé qui suffit largement aux besoins de la vie quotidienne mais ils ne développent pas leur masse.




POSTURES DE MEDITATION


Il y a 4 postures de méditation décrites dans le texte Hatha Pradîpikâ et 6 dans le texte Gheranda Samhitâ. Elles diffèrent dans la position des jambes mais ont toutes la colonne vertébrale droite, ce qui est fondamental pour  l’apport physiologique qu’elles peuvent procurer. Elles offrent une assise confortable et saine pour la santé.

De nos jours nous avons perdu de vue l’importance de garder la colonne vertébrale droite. Quand nous sommes assis sur une chaise ou dans un canapé, nous avons l’impression d’être au repos mais les viscères sont souvent compressés, ce qui provoque, sans en avoir conscience, des désordres digestifs et respiratoires. La pression intra-abdominale augmente, il est très difficile pour le diaphragme de descendre, ce qui multiplie les risques d'adopter une mauvaise respiration, une respiration thoracique. Ces mauvaises postures peuvent créer aussi des tensions musculaires dorsales et à long termes peuvent déformer la colonne vertébrale. Etant donné que tous les systèmes de l’organisme sont reliés entre eux, nous pourrions citer bien d’autres inconvénients. Il n’y a donc pas d’équivalent, grâce au maintien de l’épine dorsale, les postures de méditation préservent l’organisme en bonne santé.

Les postures de méditation :

  • éliminent le risque de compresser les viscères,
  • prennent soin de la colonne vertébrale, donc la moelle épinière et le système nerveux tout entier sont favorisés,
  • approvisionnent la région du bassin en sang régénéré et tonifie les nerfs coccygiens et sacraux,
  • produisent un minimum de gaz carbonique car l’activité musculaire est très réduite. Les poumons et le cœur ralentissent ce qui leur apporte du repos.

Si de nombreuses personnes trouvent le maintien de ces postures difficiles, c’est uniquement par manque d’habitude. Il ne faut pas hésiter à s'asseoir sur un cousin pour rendre la posture plus confortable.