Léon Trotsky‎ > ‎1939‎ > ‎

Léon Trotsky 19390101 Lettre à James P. Cannon

Léon Trotsky : Lettre à James P. Cannon

(1er janvier 1939)

[Source Léon Trotsky, Œuvres 20, janvier 1939 à mars 1939. Institut Léon Trotsky, Paris 1985, pp. 29 f., titre : « Un Agent du G.P.U. dans nos rangs ? », voir des annotations là-bas]

Extrêmement confidentiel, extrêmement important et extrêmement urgent.

J'ai reçu une information extrêmement importante d’une source inconnue mais, à ce que l’on prétend, liée à des anciens agents du G.P.U., à savoir qu’un ancien collaborateur du Bulletin de l’Op[position] serait un provocateur : Mark. Ce provocateur travaillait jusqu’en 1938 et travaille peut-être encore maintenant dans l’Institut de Nikolaievsky. C’est lui qui aurait volé les archives dans cet Institut. Son âge : 32 à 35 ans. Nationalité : juif provenant de la partie russe de la Pologne. Écrit bien en russe. Porte des lunettes. A une femme et un tout petit enfant. Ce provocateur n’a aucun passé révolutionnaire.

C’est pourquoi on s’étonne de la confiance accordée à lui. Plus encore, il y a à peu près quatre ans, il était membre de la Société pour le rapatriement des Russes en Russie, à Paris. Il était déjà provocateur dans cette société. Ce provocateur rencontre systématiquement des représentants de l’Ambassade soviétique à Paris. L’informateur assure qu’il serait bien facile, en filant le provocateur, d’établir ses relations avec l’ambassade. Telle est la communication.

Quant à sa source, deux versions sont également possibles :

1) Il s’agit d’un ami timide.

2) Il s’agit de la G.P.U. qui veut semer la démoralisation dans nos rangs.

Les deux hypothèses sont à considérer et à vérifier. Il est absolument nécessaire d’établir la filature d’une manière discrète et efficace. Il me semble qu’il faut mettre dans l’affaire Nikolaievsky (sic). Il faut créer une commission de trois : Rosmer, Gérard et Nikolaievsky, en y associant pour la filature deux ou trois jeunes, individuellement, sous un secret absolu. Si l’information se vérifie, il faut s’assurer la possibilité de le dénoncer à la police française comme voleur des archives dans des conditions telles qu’il ne puisse s’évader. Communiquer immédiatement ces renseignements à Rosmer. Le mieux serait par l’intermédiaire de Cannon, s’il n’est pas parti, ou de Shachtman, s’il doit partir. Vous trouverez vous-mêmes les modalités. Accuser immédiatement réception.

Salut

Van

Comments