Histoire du Skyraider

Le Skyraider

Initialement conçu pour voler pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que chasseur-bombardier embarqué, il arriva trop tard pour y participer. Son rôle était d'attaquer les porte-avions japonais. Il prit du service pendant la guerre de Corée en tant que chasseur de trains.

On s'en servit aussi lors de la guerre du Viêt-Nam. Ils furent parmi les 1ers avions US à attaquer les côtes du Nord-Viêt-Nam à la suite des incidents du Golfe du Tonkin en 1964, en décollant du porte-avions USS Ticonderoga stationné au large du Viêt-Nam.

Une de ses missions était d'escorter les H-3 "Jolly Green Giant" et leurs successeurs HH-53 Super Jolly Green Giant lors du sauvetage des pilotes parachutés en plein milieu de la jungle. Leurs surnoms affectifs étaient "Sandy" ou "Zorro".

On l'utilisa massivement pour "nettoyer" une zone, repérer puis anéantir l'ennemi avec toutes les armes disponibles. Sa relative lenteur en faisait une proie facile pour le Viêtcong et les Nord-Viêtnamiens, mais elle était un atout pour attaquer des cibles au sol avec précision avec ses canons de 20mm et ses bombes.

Il fut apprécié pour sa robustesse et sa capacité à encaisser de gros dégâts. En contrepartie, de nombreux A-1 furent abattus par les canons de DCA et les missiles sol-air. De fait, au fur et à mesure de l'avancée du conflit, il fut cantonné au Sud-Viêt-Nam dans des missions d'attaque car les défenses anti-aérienne du Nord-Viêtnam étaient trop puissantes (à l'exception notable des missions de sauvetages de pilotes américains tombés en territoire hostile). Il fut utilisé jusqu'à la fin de la Guerre du Viêt-Nam par les USA puis par l'aviation sud-viêtnamienne.

On l'employa aussi durant la guerre d'Algérie, notamment dans le rôle d'avion antiguérilla, dans le cadre de remplacement des vieux North American T-6 Texan de la dernière Guerre Mondiale. Une partie des Skyraider français fut revendu aux ex-colonies françaises qui en firent usage entre les mains de mercenaires lors des nombreux coups d'États que connut notamment le continent africain.


Armement

On peut qualifier le Skyraider de véritable camion à bombes, tellement la quantité et la diversité d'armes à emporter sont impressionnantes. Son armement principal composé de 4 canons de 20 mm et d'une charge offensive de 3 630 kg allant jusqu'à 6 350 kg au Viêt Nam lui conférait une large panoplie d'armes.

Ses 15 accroches extérieures permettaient d'y installer :

  • réservoirs largables de 38,5 gallons.
  • réservoirs largables de 3 000 ibs.
  • SUU-11 minigun de 7,62 mm avec 1 500 balles.
  • bidons de napalm.
  • paquets avec 25 bombes à fragmentation CBU-25.
  • bombes au phosphore AN-M47.
  • bombes de 2 000 livres.
  • bombes de 250 livres.
  • bombes Mk-82.
  • tubes lance-roquettes 2,75 pouces.
  • pod de lance-roquettes LAU-59/68 pour 7 roquettes au phosphore.
  • pod de roquettes 2.75 pouces.
  • fusées fumigènes CBU-22.





(source Wikipedia)

Variantes

- AD-1 : première version de production en série (252 exemplaires construits).

- AD1Q : version biplace du AD-1, équipée pour les contre-mesures électroniques (ECM).

- AD-2
 : version qui se différencie de l'AD-1 par le renforcement de l'aile et l'augmentation de la capacité du réservoir de 60 litres. Le logement de train est aussi modifié et devient rectangulaire, la roue n'étant plus exposée lorsqu'elle est rétractée. Suite à des plaintes venant des pilotes, le cockpit est remanié. Tous ces changements entraînent en un gain de poids de 1 225 kg si bien que le rayon d'action est réduit malgré les 60 litres supplémentaires.

- AD-2D
 : version du AD-2 servant de drone.

- AD-2Q
 : version équipée de contre-mesures électroniques.

- AD-2QU
 : variante avec ECM et équipement de remorquage de cibles
(1 exemplaire).

- AD-3
 : version bénéficiant d'un fuselage renforcé, d'une nouvelle hélice et d'un nouveau train d'atterrissage. Le cockpit est encore remanié. Tous ces changements rajoutent encore 450 kg à l'avion.

- AD-3N
 : version d'attaque de nuit du AD-3.

- AD-3Q
 : version équipée de contre-mesures électroniques du AD-3.

- AD-3QU
 : version remorqueur de cibles du AD-3.

- AD-3W
 : version radar (airborne early warning = AEW) du AD-3 (31 ex.)

- XAD-3E
 : version de lutte anti-sous-marine du AD-3W.

- AD-4
 : C'est la version qui sera produite en plus grand nombre (372 ex.) Équipée du nouveau moteur Wright, le R3350-26WA, plus fiable et moins gourmand, l'AD-4 reçoit un nouveau pare-brise blindé et la crosse d'appontage est renforcée. De même que pour l'AD-3, plusieurs variantes virent le jour.

- AD-4B
 : version capable de larguer un armement nucléaire.

- AD-4L
 : AD-4 équipés du système de dégivrage.

- AD-4N
 : version d'attaque de nuit avec un équipage composé d'un pilote et deux opérateurs radar. Pour cette variante, le compartiment radar remplace les aérofreins, l'accès se fait par une porte vitrée de chaque côté du fuselage et une écope située sur le dos de l'appareil assure la ventilation de l'équipement.

- AD-4NA
 : durant la guerre de Corée, la Navy demanda à Douglas de retirer l'équipement radar de 100 de leurs AD-4N afin d'augmenter la charge offensive et l'addition de deux canons de 20 mm dans les ailes.

- AD-4NL
 : AD-4N encore modifié avec l'adjonction de système de dégivrage. 39 appareils furent ainsi modifiés.

- AD-4Q
 : version équipée de contre-mesures électroniques du AD-4.

- AD-4W
 : version radar (AEW) triplace (168 ex., dont 50 pour la Royal Navy - voir ci-après).

- AD-5
 : La réponse de Douglas à la demande de la Navy pour un avion de lutte sous-marine évolué donna naissance à l'AD-5. Bien que basé sur le même appareil, l'AD-5 est très différent. En premier lieu, le fuselage est élargi pour pouvoir asseoir deux pilotes côte à côte, et est allongé de 60 cm. La dérive est agrandie de 50%, par contre les ailes restent inchangées. Derrière les pilotes prennent place un compartiment de radar et les deux opérateurs. Le premier vol de l'AD-5 eut lieu le 17 août 1951. La Navy voyant toutes les possibilités qu'offre le compartiment arrière, du transport de troupe jusqu'au transport de blessés, en commande tout de suite 212 exemplaires.

- AD-5N
 : version d'attaque de nuit du AD-5.

- AD-5Q
 : version équipée de contre-mesures électroniques du AD-5.

- AD-5W
 : version radar (AEW) triplace (218 ex.).

- AD-6
 : mélange entre l'AD4-B et l'AD-5. Les renforcements faits sur l'AD-4 des ailes et du train d'atterrissage ainsi que les pylônes pour les bombes et les réservoirs supplémentaires, une canopée largable, le relevage hydraulique de la crosse d'appontage et les améliorations du cockpit de l'AD-5 se retrouvent sur l'AD-6. Cette version du Skyraider avait aussi une capacité nucléaire. Plus tard, lors de la guerre du Viêt Nam, l'AD-6 fut équipé d'un pod de contre-mesures électroniques contre les SAM nord vietnamiens et de plaques de blindage additionnelles autour du cockpit. Aucune variante n'a été développée.

- AD-7
 : toute dernière version du Skyraider, elle est équipée du R3350-26WB et le train d'atterrissage est encore renforcé. L'installation de canons de 20mm dans la partie relevable de l'aile ayant créée une fatigue prématurée de l'aile, celle-ci fut renforcée. L'AD-7, tout comme l'AD-6, pouvait délivrer une arme nucléaire.

- Skyraider AEW Mk 1
 : AD-4W utilisé par la Royal Navy (50 ex. sur les 168).

- A-1D
 : nouveau nom des AD-4NA en 1962. Version utilisée par l'Armée de l'Air en Algérie. Il pouvait emporter une grande quantité d'armement (3 600 kg).

- A-1E
 : nouveau nom des AD-5 en 1962. Version multiplex, à l'origine avion d'attaque biplace mais rapidement transformable pour l'attaque de nuit. Il peut également être transformé en transport à 12 places, en ambulance à quatre civières, en cargo emportant 907 kg de fret, en avion de reconnaissance photographique ou encore utilisé à la localisation d'objectifs.

- A-1G
 : nouveau nom des AD-5N en 1962.

- A-1H
 : nouveau nom des AD-6 en 1962. Bombardier monoplace de jour.

- A-1J
 : nouveau nom des AD-7 en 1962. Version équipée d'un moteur plus puissant et une structure renforcée pour les attaques à basse altitude. Il emportait une variété surprenante de charges. Au Viêt Nam, ces charges extérieures allaient jusqu'à 6 350 kg.

- EA-1E
 : nouveau nom des AD-5W en 1962.

- EA-1F
 : nouveau nom des AD-5Q en 1962.

- UE-1E
 : nouveau nom des AD-5 en 1962 transformé en appareil de servitude.

- XBT2D-1 (-/N/P/Q)
 : désignation des prototypes. Six exemplaires construits :
1 XBT2D-1 ; 3 XBT2D-1N ; 1 XBT2D-1P ; 1 XBT2D-1Q


Sous-pages (1) : Histoire du 127002