Brève histoire


DE LA NÉCESSITÉ DU PASSAGE A L'ACTE.

"Ce versant physique de l’exercice d’une force collective met en jeu la puissance et la peur. La puissance d’agir, d’être. Un sentiment de présence au monde rare. Une danse sur la plus étrange des musiques, celle de la révolte. Avec des gens sur le côté de la salle des fêtes, semblant attendre qu’on les invite. Et la peur ? C’est celle de ce qu’il y a en face, de la blessure, de la répression. Celle de là où nous mène la colère, aussi, de ces points de non-retours franchis. Celle de constater qu’on vit déjà au-delà de soi-même, qu’on ne se reconnaît plus très bien parfois. Comme une espèce de tempête en interne, vécue par toutes celles et tous ceux qui mettent pareillement la main à la pâte. Il ne te reste alors qu’à écouter, qu’à sentir et ressentir. "                                                                                                                                 Extrait de l'article  je suis un "casseur" (et je suis hyper sympa), publié dans Article 11




Novembre 2012 : Naissance d'un collectif de "co-formation" à Paris 7, qui deviendra le RIRE.


Le temps d'une organisation autonome sonne. Le mouvement s'accélère. Non sans perte. 

Une belle émulation, en somme, pour une voie réellement émancipatrice de l'apprentissage.






Comments