Accueil


PREFACE
Il est de "petits" "beaux" livres. Petits, mais vrais, au parler vrai, au parler franc. Celui de Jean Coudert en est un. Sur le tard,  l'auteur se retourne sur les "vertes" années, années vertes - il  n'avait pas dix ans -, mais années "noires" passées dans un village du Puy-de-Dôme, vivant presque "à l'ancienne", comme il nous le conte avec talent, entre le forgeron du bourg et sa tante qui remplaça sa maman très tôt disparue, marqué par une profonde attirance pour l'église et ses rites, la Vierge lui servant de mère de substitution.  Petites misères, petits tracas, petites joies du quotidien de ces  années-là en milieu rural. Puis tout bascule dans le récit, le roman de terroir se faisant  fiction (une fiction pourtant nourrie de la réalité historique), ou  plutôt cédant  la place à l'évocation-dénonciation de ce qui se tramait, non loin du village, à l'abri des regards, dans "le château des années noires" : lieu d'injustice et de peine, de violence insidieuse et d''exclusion,  d'humiliation au quotidien. Nul barbelés dans ce "centre d'internement" d'un genre particulier, différent de ceux plus connus et de sinistre mémoire (Gurs, Argelès, Nexon, Pithiviers, etc.), mais au jour le jour, voyant  ici comme ailleurs, juifs et communistes, Résistants  ou homosexuels parqués, presque emmurés, car classés par Vichy comme "indésirables".  Et pour ce faire, Jean Coudert prend comme interlocuteur un complice surprenant : un vénérable sapin, un "témoin végétal", qui se souvient, et décrit, détaille les scènes auxquels, incognito, il assista. Un arbre à souvenirs (d'ailleurs l'étymologie de "livre" est  "liber", le bois, ce qui est ligneux). Sapin-archives, archives auxquelles, justement, nous dit l'auteur, il n'eut pas accès, les propriétaires ne lui ayant pas ouvert leur porte. Secrets, silence rompu par un simple arbre, comme l'enfant qui, dans un conte, est le seul à s'exclamer :

Martin de La Soudière  ethnologue au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

 Auteurs de nombreux ouvrages, en particulier: «Jours de guerre au village-Années noires, années vertes en Auvergne et Margeride, 1939-1950",Polignac (Haute-Loire), Éditions du Roure, 2011






  

FOREWORD

Professor Jean Coudert:  Scientist and Humanist.

This short preface is one of the most difficult tasks I had to carry out during my scientific life.  Should  I talk about the researcher who inspired  and produced original work  for the  advancement  of  scientific knowledge relating to physiological principles and clinical applications of exercise for children,  adults and athletes living  at high and low altitudes ? A recent PubMed search * showed that Prof. Coudert authored or co-authored over 170 scientific papers in this field. Or should I mention the charismatic leader who guided and mentored so many young researchers. Thanks to Jean Coudert many aspiring scholars completed their doctoral dissertations and are now influential Senior Lecturers or Professors at institutions across the globe. Or, finally should I emphasize the man rather than his achievements, whose humanistic philosophy and selfless encouragement left its mark on all who met and worked with him. Over the years, we jointly organised some important congresses in his beloved Auvergne region, attracting some of the seminal figures in our field of scientific endeavour. This would never have been possible without the international recognition of Professor Coudert, as a scientist, mentor and human being.

Emmanuel Van Praagh, Professor Emeritus,

University Blaise Pascal

* Pub Med is the most important citations reference in the area of scientific medical literature.