Blog‎ > ‎

Une Histoire de mémoire !

publié le 7 mai 2014 à 06:15 par Françoise Traverso

A nos communautés caribéennes africaines et amis(es) bonjour

 

A l’heure de l’évolution et la diffusion massive des connaissances, au regard de l’Histoire peut-on cultiver un culte de la mémoire sélective…si oui …,

 

 …Alors on ne peut pas se réclamer de la qualité de républicain, car la République c’est la culture, la connaissance, la Liberté…

 

Et pour ma part au quotidien, j’affectionne la pensée de certains auteurs en particulier celle-là  d’un Homme d’Etat disparu…que le culture est ce qui reste quand on tout oublié…oui tout oublié…sauf l’essentiel…l’essentiel.

 

Et en cette journée du 21 Mai 1981, date de son investiture à la magistrature suprême, remontant la rue Soufflot avec ses nombreux soutiens le vainqueur de ce scrutin historique du 10 Mai entre au Panthéon et dépose entre autre une rose sur la catafalque de Victor Schœlcher…

 

Dans le pays c’est l’étonnement ; et surtout quelle est la signification de ce geste aussi spectaculaire…

 

Pour moi, tout à mon bonheur, il n’y a aucun doute, François MITTERRAND, un Président pour qui j’ai gardé un grand respect, un érudit hors du commun, sait que la France, sa patrie, n’a pas toujours été celle des fastes de Louis XIV dans son château de Versailles ou même les épopées victorieuses de Napoléon Bonaparte voulant dominer l’Europe de l’époque.

 

Mais aussi une Nation qui a profité et codifié la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage pour son bien être des temps modernes, laissant une Afrique dans la misère, des peuples entiers sous le joug d’un bing bang cérébral, et surtout par ce geste il a jeté aux orties le mythe de la patrie des droit de l’homme…plongeant les autochtones européens dans une révision déchirante de leur Histoire et certitudes…

 

Et j’en ai la certitude que le Président MITTERRAND suivant sa promesse voulait une évolution politique de ces dits  DOM, mais le Conseil Constitutionnel ne lui a laissé aucune chance par une décision de 1982 suivant la saisine de l’opposition de droite.

 

Plus de 20ans après les Chambres reconnaissaient  la Traite et l’Esclavage comme crime contre l’humanité, suivant cette loi du 10 Mai 2001 dite Loi Taubira, concrétisée depuis le 31 Janvier 2006 par une décision gouvernementale, instituant le 10 Mai de chaque année, comme une journée nationale de mémoire.

 

Ce dispositif est opposable à toute la Nation, citoyens, Etat, collectivités territoriales…

 

Et c’est à ce niveau que se pose un problème de conscience politique pour certaines d’entre elles.

 

Estiment-elles que la loi du 10 Mai 2001 et ses conséquences est un dispositif communautariste…alors

 

Quoiqu’il en soit partout en ce 10 Mai 2014 vous avez rendez- vous avec une Histoire nationale de Mémoire

 

Bonne journée et à bientôt

 

 Léonce

 

Comments