Blog‎ > ‎

Hela Boujneh !

publié le 14 sept. 2014 à 10:58 par Françoise Traverso   [ mis à jour : 14 sept. 2014 à 11:03 ]
Bonjour


Nous avons lancé une grosse opération de collecte de fonds pour soutenir une militante des droits des femmes et des libertés individuelles en Tunisie. Qui est harcelée et a un procès le 15 septembre prochain qui risque de l’envoyer en prison pour deux ans.

Il est vrai qu’aujourd’hui nous avons besoins de mobiliser au moins 10000Euros et donc avons besoin d’un soutien financier pour couvrir les dépenses liées aux avocats, à la mobilisation et aux différents frais de justice. Alors participer à la hauteur de vos moyens soit en faisant un don :

Soit en ligne : http://www.helloasso.com/associations/active-generation-generation-engagee/collectes/soutenons-hela-boujneh

Soit par virement bancaire : 30003 03590 00050651331 30 pour l’international IBAN FR76 3000 3035 9000 0506 5133 130 (Bic) SOGEFRPP

Soit par chèque : A Active Generation 22 Bis Rue de la réunion 75020 Paris France

Vos dons sont défiscalisés

PS : Hela Boujneh est en France jusqu’à Mercredi si certains d’entre vous veulent la rencontrer sous quelque forme que ça soit, c’est possible.

Nous vous remercions d’avance


Voici l’historique

Free Héla”: Libérez la jeunesse tunisienne

Héla Boujneh, nommée personnalité d’avenir 2013 de la Tunisie par l’institut français et l’ambassade de France, coordinatrice régionale de l’association de défense des droits de l’Homme, doctorante en droit, membre de l’association de la jeunesse tunisienne, administratrice et représentante du réseau Active Generation en Tunisie est dans le viseur de la police tunisienne et risque deux années de prison pour avoir exigé le respect du droit dans le cadre d’une garde-à-vue au commissariat de Sousse.
Elle a été présentée au juge du Tribunal de première instance de Sousse le lundi 2 septembre 2014. Sousse.
Elle sera jugée au palais de la justice de Sousse le lundi 15 septembre 2014. Nous demandons son acquittement et sa libération pure et simple.

Nous avons lancé une pétition en trois langues à diffuser largement avant le procès

http://freehela.wesign.it/fr

Dans la nuit du dimanche 24 au lundi 25 août 2014, Héla Boujneh, militante des droits de l’Homme et activiste tunisienne de renom est arrêtée par la police de Sousse dans l’exercice de ses fonctions et notamment en soutien à son frère. Héla Boujneh a été ainsi violentée et menacée par une dizaine d’agents puis incarcérée pendant 24 heures sans motifs, et pire encore, sans possibilité de voir un avocat.

A l’issue de ce calvaire, la militante des droits de l’Homme a été renvoyée devant le procureur de la République de Sousse puis devant le juge cantonal pour se voir notifié un passage devant le Tribunal de première instance de Sousse, le 2 septembre prochain.



Stratégie de musellement de la jeunesse tunisienne

Cette violation flagrante des droits de l’homme rentre dans une véritable stratégie de musellement de la jeunesse tunisienne. En effet, Héla Boujneh a été l’un des principaux activistes durant la révolution du Jasmin ayant conduit à la chute du régime policier de l’ancien président Ben Ali. Elle a milité contre l’exclusion des jeunes des instances indépendantes en charge de la transition démocratique sur la base d’un critère d’âge à travers la campagne: “La jeunesse tunisienne: ce n’est pas un mensonge, c’est les chevaliers d’avenir”. Campagne qu’elle a brillamment réussi car, l’âge légale est passé de 35 à 30 ans.

Récemment, en tant qu’administratrice d’Active Generation, un réseau mondial d’acteurs engagés via le digital en faveur de la démocratie participative et du progrès social, Héla a lancé la campagne “Yezzi” pour dénoncer le harcèlement sexuel récurrent en Tunisie et surtout la passivité de la police vis-à-vis des agresseurs. Autant d’actions qui font d’elle, une cible potentielle des opposants de la démocratie et du changement en Tunisie.

Active Generation se félicite et soutient la mobilisation spontanée de la jeunesse et des démocrates tunisiens, des défenseurs des droits de l’homme et de la démocratie un peu partout dans le monde depuis l’arrestation de Héla. Nous exigeons la libération et l’abandon des poursuites contre notre camarade et invitons les autorités tunisiennes à tout mettre en oeuvre pour faire respecter les droits de Héla Boujneh en mettant fin à cette spirale de violences et d’intimidations policières.

Nous invitons les partenaires en développement de la Tunisie et toutes les associations et ONG de défense des droits de l’Homme à se mobiliser pour exiger des autorités tunisiennes, le respect des droits humains et l’intégrité physique des militants et activistes en général, Héla Boujneh en particulier. Aucun Etat ne peut se permettre de bafouer les droits humains au nom d’un quelconque prétexte de “sécurité nationale”.

Cette mobilisation ne peut se faire sans l’implication de plus grand nombre de personnes. Active Generation vous invite donc à signer et à partager cette pétition.


1:/concernant les charges retenues contre Héla Boujneh:

--outrage et violence contre un agent de police

-trouble de tranquillité publique

-violence contre un agent public ( en annexe un certificat médical d'un jour)

-témoignage de 3 ou 4 détenus présents sur les lieux.

" les témoins ont signé sur un témoignage présumant que j'ai menacé les agents de les dénoncer pour des violations des droits de l'Homme et qu'ils allaient voir ce que je vais leur faire , que j'ai poussé mon frère pour le faire sortir du poste de police"

- la détenue s'est blessé elle-même


2:/LES FAILLES DU DOSSIER:

- Absence de signature de Hela Boujneh sur l'interrogatoire et le PV de détention

-Torture morale et physique

-Absence de confrontation avec les témoins et la détenue


3/stratégie de la défense:

Une plaidoirie aura lieu le 15 septembre lors de l’audience publique avec présentation des éléments de la défense :

-dossier médical

-vice de procédure : nullité des procédures


4/les hypothèses suite à l’audience du 2 Septembre:

-plaidoirie du comité des avocats avec report du jugement dans une semaine ou deux éventuellement

-jugement sur place ou enfin de matinée (attendre le jugement si jugé insatisfaisant interjeter appel)


5/ peines encourues

Max: deux années pour outrage à un agent public en exercice de ses fonctions + 15 jours pour trouble de tranquillité publique

Baki Youssoufou
Fondateur & Directeur de Campagnes We Sign It
Founder & Campaign Director
06 99 82 88 80
@bakiyoussoufou
@WeSignit
Comments