Blog‎ > ‎

Un système dévoyé, aux abois..

publié le 15 janv. 2014 à 12:20 par Françoise Traverso   [ mis à jour : 16 janv. 2014 à 08:16 ]

     
 

Dans les vœux de début d’année, j’indiquais que mes messages déclenchaient de l’enthousiasme de la satisfaction, mais généraient aussi de la colère, normal, je ne suis pas dépositaire de la vérité.

 

 Mais en ma qualité de citoyen responsable je dispose d’une part de vérité, qui m’autorise à ouvrir les pistes d’une réflexion républicaine sur notamment la situation du Tiers Monde et l’avenir du Monde Noir.

 

Précisément je transfère ce jour un message constituant une synthèse de la colère et de l’approbation des internautes.

 

Et dans ma réponse à l’honorable correspondant, je lui rappelle qu’étant un tiers- mondiste militant et un panafricaniste avéré, il m’appartient d’être toujours actif  face à l’évènement, en tenant en toute indépendance et avec intelligence, un langage de vérité dépourvu de langue de bois, à la recherche de la concrétisation d’un idéal cher à Frantz Fanon, pour éviter la trahison.

 

Autrement  je retournerais dans mon île chérie, pour déguster de la noix de coco et des bananes sur pied, un vrai délice.

 

Dans la joute opposant humoriste/Etat, il ressort que la grande perdante est la République, et l'une de ses valeurs fondamentales, La Liberté, contrairement aux affirmations d’un politicien de service, avec le soutien de médias affidés...

Car je le martèle, dans ce pays aucun groupe, aucune personne ne peut se déclarer victime de sa foi ou ses croyances.

 

Et donc, si une communauté dans la Nation génère l’hostilité de l’opinion  jusqu’à en requérir la protection particulière permanente des forces de police aux frais du contribuable, elle doit se poser des questions sur son mode de fonctionnement, qui relève du clanisme, du sectarisme d’un communautarisme sournois et rampant  d'une victimisation à outrance.

 

Mais bénéficiant de la faveur des pouvoirs publiques, et des partis politiques toutes catégories confondues pour des raisons historiques ou de sombres motivations économiques.

 

Dans la nuit des temps Abraham le patriarche a donné le jour aux sémites, ces frères ennemis, l’un disant « chalam » l’autre « chaloum »  condamnés à une confrontation éternelle, donnant lieu à des dérapages ponctuels ou permanents, des oppositions systématiques voir sanglantes, suivant les pays de domiciliation, et dans l’immédiat au Moyen-Orient, ce conflit interminable israélo-palestinien, déséquilibré qui crée des dissensions partisanes.

 

Et si un ministre de la République avait tenu compte des dérives de l’Histoire, et du contexte géopolitique, il n’aurait jamais vociféré devant sa représentation nationale des propos aussi incongrus que «  non à l’antisémitisme, non à la haine des juifs » qui permet à un clan de pavoiser, mais ne trompe pas une opinion publique avertie, qui tient à cette devise, la LIBERTE, garantissant celle d’expression.

 

Attention donc à « l’Etat dans l’Etat » un système dévoyé, aux abois, qui pourrait conduire à terme, à une véritable catastrophe sociétale

 

Léonce 

 

Comments