Blog‎ > ‎

Catherine Samba-Panza - Nouvelle Présidente de Centrafrique

publié le 21 janv. 2014 à 01:48 par Françoise Traverso

Madame,

Vous venez d’être élue Nouvelle Présidente de la République Centrafricaine  (le 20 Janvier 2014), pour une période transitoire d’une année environ. Toutes mes félicitations.

En vous regardant hier après votre élection, en tant que femme,  j’étais heureuse pour vous, pour la Centrafrique, pour l’Afrique et pour le monde. Vous étiez  rayonnante, éclatante et toute ma fierté parce que vous vous avez osé vous  présenter à cette élection « d’hommes ». Ce n’était pourtant pas gagné d’avance mais,  vous avez eu le courage de vous présenter et nous connaissons le résultat.

Votre mission en ces temps si difficiles  n’est pas si simple. Vous héritez d’un  pays en guerre, une population traumatisée, persécutée… j’en conviens. Mais, vous avez l’obligation de vous singulariser des politiques  publiques connues jusqu’ici car, la femme a ce pouvoir, singulier et complémentaire  à celui de l’homme.  Son  « intuition » lui permet d’appréhender à sa manière, des problématiques qui se posent tant au niveau familial que sociétal. Bien sûr, vous serez entouré d’hommes pour gouverner mais c’est vous la cheffe  d’équipe, la Présidente de ce pays meurtri  et le monde entier vous regarde. Les femmes vous observent et les centrafricaines comptent encore plus sur vous pour les sortir de toutes ces souffrances qu’elles subissent au quotidien.

J’espère que vous saurez résister à toutes les pressions d’où qu’elles viennent et que le seul intérêt en vue sera celui de la Centrafrique réunie, rassemblée et en paix autour de vous. Vous savez mieux que quiconque la portée des mots : Justice – Égalité -Droits de l’Homme – Paix. Vous avez fait valoir lors de votre discours au parlement votre expérience de médiatrice votre sensibilité de femme, de mère désireuse de voir ses enfants vivre en paix alors, Madame la Présidente, j’attends cette singularité de votre vision politique qui je l’espère profitera à toute la Région.

Françoise Traverso


 

Comments