Blog‎ > ‎

- Actu 223 : La CEDEAO ne néglige pas les Droits Humains au Mali !

publié le 24 avr. 2013 à 01:32 par Françoise Traverso   [ mis à jour : 15 janv. 2014 à 11:48 ]

Excellente nouvelle, nous attendons des résultats sur le terrain :


Par IDRISSA KEITA

On l'avait dit , le Nord malien qui est une zone de guerre  exposée à des violations des Droits Humains. Un de nos articles parlait d'exactions de l'armée malienne dénoncées par les populations des zones ex assiégées. La CEDEAO prend les devants afin de faire la lumière sur ces " rumeurs " et " zones d'ombres ".


Depuis plus d'un dizaine de jours ,une délégation comprenant une dizaine d’observateurs des droits de l’homme est arrivée  à Bamako. 

Ces observateurs sont de plusieurs nationalité : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République Centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo (RDC), Kenya, Nigeria, Sénégal et Sierra Léone. L’équipe  est conduite par Mme Reine Alapini Gansou, avocate et professeur de droit à l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin.


Membre de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples,depuis 2005, elle en a été la présidente de 2009 à 2011. Elle occupe le rôle de rapporteur spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’homme en Afrique et membre de la Cour permanente d’arbitrage des Nations unies. L’avocate a également occupé les fonctions de membre de la Commission internationale d’enquête des Nations unies sur les violences postélectorales en Côte d’Ivoire . On comprendra que c'est une personnalité rompue à la tâche qui devra mettre la lumière sur les tractations concernant le Nord Malien.


 Dans les prochains jours, les observateurs des droits de l’homme seront déployés dans les régions de Gao, Tombouctou et Kidal, afin de suivre la situation des droits de l’homme au nord.Le Mali s'attend à recevoir une cinquantaine d'observateurs qui poseront leurs bagages à Bamako dans les semaines à venir.A préciser qu'ils sont au compte de la CEDEAO et l'Union Africaine.


 En les accueillant à Bamako, le représentant spécial de la présidente de la Commission de l’UA et chef de la MISMA, l’ancien président burundais Pierre Buyoya, a jugé que « le suivi de la situation des droits de l’homme permettra d’assurer plus de justice aux victimes des violations des droits de l’homme et de garantir le respect du Code pénal, du Code de procédure pénale et de tous autres instruments pertinents tant nationaux qu’internationaux ».

Il a ensuite lancé un appel aux autorités nationales et locales ainsi qu’à la communauté internationale, pour qu’elles soutiennent les observateurs dans l’accomplissement de leur mission. 

Ce dimanche 21 Avril 2013 , le Président de la Commission de la CEDEAO , Mr Kabré Ouedraogo était déjà sur le terrain où il a visité la ville de Gao. 

IDRISSA KEITA

Comments