Présentation‎ > ‎

Recherches

Les axes de la recherche

Les objectifs scientifiques sont multiples.

La modélisation géométrique

La patrimoine architectural et urbain

Le projet Bretez a pour ambition de développer de nouvelles méthodes de modélisation de bâtiments aux architectures complexes, avec un très haut niveau de détail répondant aux besoins de fidélité et de précision qu’exige la reconstitution numérique du patrimoine.
Les techniques développées devront permettre non seulement la création des éléments géométriques, mais aussi la génération de textures cohérentes et conformes à cette géométrie, en prenant en compte les paramètres de l’environnement et les facteurs de vieillissement.
Le projet bénéficiera de l’expérience du CIREVE dans le domaine, qui a déjà développé un modèle interactif en haute définition de la Rome antique et qui a également été choisi pour réaliser en partenariat avec l’association Cadomus et la ville de Caen une restitution interactive de la capitale Bas-Normande en 1937 (présentation des premiers résultats dans le cadre du 70e anniversaire du débarquement en Normandie).

Pour en savoir plus : www.unicaen.fr/rome

Les machines

Le quartier du Châtelet s'organise autour de la Seine. De nombreuses machines animent le fleuve.
Pour les restituer, une modélisation dynamique doit permettre une reconstitution plus réaliste de cette voie fluviale et une meilleure compréhension des contraintes techniques et technologiques de cette époque, mais également leur utilisation par les Parisiens[1].
La méthodologie dite d’Archéologie Industrielle Avancée sera déployée par l’équipe nantaise (laboratoire IRCCyN et Centre Francois Viète d’Histoire des Sciences et des Techniques).
L’Université de Caen Basse-Normandie travaillant depuis plus de 20 ans sur la restitution des systèmes techniques antiques  – notamment dans le cadre d’un modèle interactif de la Rome antique – apportera également son savoir-faire pour la modélisation des machines (équipe ERLIS, Sophie Madeleine, Philippe Fleury, Karim Sammour).

Pour en savoir plus : www.unicaen.fr/ersam
                                www.sciences.univ-nantes.fr/cfv/contenu/humanit%C3%A9s-num%C3%A9riques

La restitution des ambiances sonores

La restitution d’ambiances sonores ne peut être décorrélée de la modélisation géométrique (tant du bâti que des machines).
Elle s’appuiera sur des travaux en synthèse sonore spatialisée prenant en compte les différents effets acoustiques (réverbération…).
L’identité sonore des quartiers, en lien direct avec le tissu social et urbain de la capitale (travaux de plusieurs membres du CRHQ (Nicolas Lyon-Caen, Vincent Milliot) sera au coeur de nos préoccupations.
Le paysage sonore obtenu doit évoluer en fonction des périodes d’activité dans l’année et des événements météorologiques, domaine d’expertise privilégié du CRHQ (Emmanuel Garnier).

Cette démarche s’appuie donc sur les nombreux travaux d’historiens explorant la vie quotidienne des Parisiens, des mondes populaires (Arlette Farge, Daniel Roche) à la noblesse (Mathieu Marraud), du spectacle ordinaire des rues aux rites et fêtes religieuses et civiles.

Dès 2015, l’Université de Caen sera équipée d’une des plus grandes salles immersives de France et celle-ci permettra de visualiser l’environnement avec son contexte sonore spatialisé (salle équipée en 5.1 avec interaction entre le déplacement dans l’environnement virtuel et l’évolution des ambiances sonores).

Pour en savoir plus :

La plateforme matérielle

L'équipe du projet Bretez mettra en place une plateforme de création de ville virtuelle permettant de tester au sein d'une même architecture les aspects géométriques et sonores du projet.
Cette étape se traduira par l’élaboration d’une plateforme logicielle pluridisciplinaire et d’une plateforme matérielle servant de prototype à la construction d’environnements urbains historiques virtuels.



[1]              Comme il a été fait pour la machine de Marly, lors de l’exposition Les sciences à Versailles – 26/10/2010 au 03/04/2011.