__French:Home‎ > ‎

La Danse au Sein de la Societe

LA DANSE AU SEIN DE LA SOCIETE

Depuis 1994 le Groupe de danse Isadora Duncan s’est engagé dans des projets qui amènent la danse Duncan dans un cadre social, dans le monde de ceux qui souvent n’ont pas eu la chance  d’explorer leur capacité d’expression physique par la danse.
Nous avons ainsi partagé la beauté et la profonde simplicité d’expression de ce qui est naturel, avec des enfants, des adultes, des personnes âgées, ceux qui souffrent de troubles mentaux, des plus jeunes, des plus vieux, ceux qui ont été institutionnalisés «  inadaptables », des réfugiés et leurs petits enfants, ceux qui ont des rêves et éprouvent le besoin d’exprimer leurs espoirs, leurs préoccupations, leurs peurs ou le simple souvenir d’une journée, hier, aujourd’hui, demain.

La danse peut toujours apporter un renouveau.
 La danse Duncan recherche ce qu’il peut y avoir de nouveau dans la danse de chacun même dans un geste simple, comme un sourire ou un clignement d’œil, c’est la danse de la vie et de l’être, du bien être et de l’expression en toute confiance. 
Elle libére la connaissance infinie et l’anti-dépresseur naturel, profitant de chaque instant, notamment cet instant privilégié où soudain on comprend, même si l’on ne  peut pas l’exprimer par des mots.

La danse est sans cesse rebaptisée : Duncan, contemporaine, ballet, jazz, moderne, salsa, folk, improvisation, bollywood, hip-hop, danse de rue, kathak, et encore et encore… 
c’est la vie émergeant d’un être , réfléchie dans le miroir … du soi et dans celui de la communauté /la vie…

La danse est pour tout le monde
  • J’ai levé mon bras et alors les tremblements – oh si seulement les tremblements pouvaient cesser – mais j’ai réussi à me soulever.
  • Dans mon rêve, je m’élevais et j’étais au sommet – je ne sais pas exactement où mais c’était le sommet – là il y avait les couleurs de l’arc-en-ciel et je me suis prosternée.
  • Je découvrais que j’avais une écharpe pourpre toute duveteuse – je la mettais sur mon visage et la laissais aller – mes mains suivaient.
  • Assise avec un rêve presque endormie évoluant avec lui.
  • Mes mains semblaient parler pour moi en bougeant avec la musique.

(En raison de la fragilité des participants, nous ne pouvons inclure de photos). 

Home

All contents copyright (C) 2014 Isadora Duncan Dance Group (London/Paris)

Comments