i santuari / les sanctuaires


Mano mano che andremo avanti, aggiungeremo nuove foto sui santuari e chiese dedicate a San Michele.
Per visionare meglio queste foto, vai direttamente a Picasa e regola il tempo.
Pour mieux visualiser ces photos, allez directement sur Picasa e réglez le temps.

In questo capitolo cercheremo di presentare con brevità i santuari di San Michele che troveremo lungo il nostro percorso. Alcuni sono tappe obbligatorie e perciò fanno parte integrante del 'Cammino dell'Angelo', altri santuari o chiese ci interpelleranno lungo la nostra strada e magari faremo una dovuta deviazione per visitarli. E se per caso conoscete chiese, cappelle, dedicate a San Michele non lontane del nostro tragitto, non esitare ad avvisarci.

Il santuario sul Monte Gargano è il primo in occidente. Fa quindi da modello - prototipo per quasi tutti gli altri luoghi dedicati all'Arcangelo Michele.

Primo e il principale elemento è la montagna, il monte, l'altura. Essa simboleggia il punto d'incontro, la frontiera tra cielo e terra, tra l'invisibile e il visibile. La montagna è il luogo privilegiato per l'incontro tra Dio e gli uomini: Dio si manifesta agli uomini nelle teofanie (ad esempio: sul monte Sinai) e l'uomo con un'ascensione purificatrice sale verso Dio (ad esempio: il monte degli Ulivi). In senso spirituale, la montagna rappresenta anche gli angeli perché come il monte è più vicina al sole, così gli angeli sono vicini alla luce divina.

Poi troviamo spesso nelle viscere della montagna una grotta che simboleggia il mondo delle tenebre, delle forze del male, della morte. Nelle icone della natività, Gesù è rappresentato sdraiato in una grotta: "la luce risplende nelle tenebre (Giovanni 1). Il sepolcro dove viene sepolto è anche una grotta. Con la Pasqua, Cristo ha aperto questi abissi di paure e tristezze per accogliere ognuno nella luce eterna. In questi santuari, il contrasto montagna/grotta tocca il pellegrino. Il cammino che fa il pellegrino in questi luoghi, lo aiuta a progredire spiritualmente verso il Signore.


Spesso, troviamo in questi santuari, una sorgente, dell'acqua. Senza dimenticare la presenza delle piante. Il Gargano è un luogo conosciuto per le sue erbe curative. San Michele, l'Arcangelo che cura, invita il pellegrino a rivolgersi verso il Signore che rimette in piedi la sua umanità, la salva e le da' da bere "l'acqua che zampilla per la vita eterna".
Sur cette page, nous proposons une brève présentation de quelques sanctuaires dédiés à Saint Michel que nous trouvons le long de notre parcours. Certains d'entre-eux sont des étapes incontournables ; ils font partie intégrante de la « route de l'ange ». D'autres, plus mineurs (églises, chapelles, villages dédiées à Michel), nous intéressent, et parfois nous avons fait un petit détour pour aller les voir. Si vous connaissez des lieux dédicacés à notre Archange, plus ou moins sur notre trajet, n'hésitez pas à nous en aviser!

Le Mont-Saint-Michel en France ou le Monte Sant'Angelo en Italie sont justement réputés en tant que sites naturels et monuments historiques exceptionnels et c'est à ce titre qu'ils ne cessent aujourd'hui encore d'attirer d'innombrables visiteurs. Mais les splendides édifices religieux qui ont été construits sur ces lieux sacrées sont aussi le produit d'une histoire for longue et beaucoup moins connue. Celle-ci trouve en effet son origine dans des récits, des inscriptions et des œuvres d'art qui attestent, dès le Ve siècle, l'apparition miraculeuse de saint Michel sur le Monte Gargano, dans les Pouilles ainsi que son pouvoir contre les forces du mal. De l'Italie du Sud byzantin, le culte de l'archange passa chez les Lombards, dont il devint bientôt le protecteur attitré, et s'étendit à l'ensemble de l'Occident au cours de Haut Moyen Age. La fondation, en Normandie au début du VIIIe siècle, du monastère du Mont-Saint-Michel par l'évêque d'Avranches, Aubert, doit être mise en relation avec cette expansion, tout comme celle du grand sanctuaire de San Michele della Chiusa, en Piémont, qui garde l'entrée des défilés alpins. 

Les sanctuaires dédiés à saint Michel sont généralement bâtis sur une hauteur, qui symbolise la Montagne Sainte, point de jonction entre l'homme qui s'élève spirituellement et le ciel qui vient à sa rencontre, entre le visible et l'invisible. « Je lève les yeux vers la Montagne d'où me vient le Salut. » psaume 121 « Le seigneur descendit sur la montagne du Sinaï (…) Il appela Moïse au sommet de la montagne, et Moïse monta. » (Exode 19, 20) « L'Ange me transporta en esprit sur une haute et grande montagne, et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, brillante de la gloire de Dieu. » (Apocalypse 21, 10)

Ils abritent une grotte : la grotte symbolise le monde des ténèbres, des forces du mal, de la mort. Dans les icônes de la Nativité, Jésus est représenté couché dans une grotte, « Lumière qui luit dans les ténèbres». (Jean 1). Le tombeau où il a été enseveli est souvent figuré comme une grotte. Avec Pâques, il a ouvert ces abîmes de peur et de tristesse, pour accueillir tout un chacun dans Sa Lumière éternelle. Dans ces sanctuaires, le contraste grotte/montagne saisit le pèlerin. L'organisation de ces lieux l'aident à cheminer spirituellement vers le Seigneur. Et il est logique que Michel en tant que messager du ciel et pourfendeur de ténèbres soit le protecteur de ces sanctuaires. «Les chapelles saint Michel, s'édifient normalement près des grottes, gouffres, manifestations volcaniques etc...pour conjurer les manifestations infernales dont aux yeux des gens du Moyen Âge elles étaient le cite» (Lexique - collection Zodiaque)

Généralement il y a une source dans ces sanctuaires, et ils sont construits dans des zones où la flore est remarquable. (Le monte Gargano, grâce à son microclimat particulier était réputé depuis l'antiquité par les herboristes et guérisseurs). Saint Michel, l'archange qui soigne et soulage, encourage le pèlerin à se tourner vers le Seigneur qui remet debout l'humanité,  la soigne, la sauve et lui donne à boire «l'eau jaillissante en vie éternelle».

« Culte et pèlerinages à Saint Michel en Occident : les trois monts dédiés à l'archange. » Collection de l'école française de Rome 316 Roma : école française de Rome, 2003 ISBN 2-7283-0670-2 606 p., 62 pl. Prix : € 64.00