100 ans de bus

Montez à bord: 
100 ans de bus à Montréal

Compte rendu de la conférence tenue le 16 février 2020 à la Société d'histoire Rosemont-Petite-Patrie.
Rédigée par Yves Keller, à partir de notes prises à la conférence. 

Conférence donnée par Benoît Clairoux, historien et conseiller à la Société de transport de Montréal, à l’occasion du centenaire de l’introduction des bus dans le système de transport de Montréal.

Lors de cette conférence, M. Clairoux a souligné le rôle central qu’a occupé le bus dans l’histoire du transport à Montréal. Il nous a décrit les différents modèles qui ont été utilisés, nous a précisé les constructeurs qui les ont produits et les entreprises ou organismes qui ont géré le transport à Montréal.

La conférence était abondamment illustrée, car chaque renseignement était accompagné d’un document visuel. Dans ce compte-rendu, il n’est malheureusement pas possible de rendre la richesse de la documentation iconographique. Nous allons seulement répertorier et dater une partie des évènements qui ont jalonné le premier siècle de l’histoire du développement des transports en commun par autobus à Montréal. (On peut voir un grand nombre de photos sur le site de la STM ).

1862 – 1894 : Les véhicules de transport sont tirés par des chevaux. Les omnibus de la Montréal City ont des roues au printemps et en été, mais un traîneau l’hiver.

1892 – 1894 : L’électrification va permettre d’utiliser des tramways. La Montreal Street Railway Company (MSRC) a mis en service le premier tram de Montréal, le 21 septembre 1892. https://fr.wikipedia.org/wiki/Tramway_de_Montr%C3%A9al

Les premiers bus font leur apparition en Amérique et en Europe au début du XXe siècle. La Montreal Tramways Company (MTC) préfère les tramways plutôt que les bus, moins confortables et transportant moins de passagers.

Premier bus à Montréal, un camion White transformé par les employés (1919)

Toutefois, quand elle doit changer plusieurs pièces du croisement ferroviaire sur la rue Saint-Étienne (aujourd’hui la rue Bridge), la MTC choisit, à cause de l’importance des coûts, de remplacer le tramway par des bus. Un premier bus est construit à partir d’un camion White par des employés de la Compagnie.

22 novembre 1919 : début du service de bus sur la rue Saint-Étienne, entre la rue Wellington et le pont Victoria. Le confort est plutôt spartiate : il n’y a pas de climatisation et la suspension laisse à désirer. Albert Labelle est le premier chauffeur qui passe du tramway au bus. Cela veut dire qu’il possédait son permis de conduire. En effet, les chauffeurs de tramway n’étaient pas obligés d’avoir un permis. Il a exercé sa fonction de chauffeur pendant 40 ans et son petit-fils est actuellement chauffeur à la CTCUM.

1921 : Création de la première navette estivale circule sur la rue Berri.

1925-1936 : Les premiers bus réguliers entrent en service.

  • Trois lignes sont créées :
    Lachine/Montréal-Ouest (6 août 1925)
    Boulevard LaSalle (Lachine/Verdun) (15 août 1925)
    Rue Sherbrooke, la ligne des hôpitaux, avec des bus de luxe à tarif plus élevé (19 août)

  • Suivent de nouvelles lignes sur la rue Saint-Hubert, à Outremont, à Verdun et entre les quartiers de Bordeaux et de Cartierville. Le nombre de bus passe de 24 à 55.   
  • La MTC aménage à Saint-Henri son premier garage de bus, d’une capacité de 85 véhicules (1926). 
  •  La MTC ne construit pas elle-même ses bus. Elle s’adresse à des fournisseurs américains. Plusieurs marques de bus sont testées. On fait même l’essai d’un bus hybride (tram électrique et à essence).
  • Le premier bus à moteur diesel entre en service. Ce type de bus est plus facile à entretenir. Le parc va progressivement être entièrement équipé de bus diesel.
  • Les bus remplacent progressivement les trams. Certes, ils transportent moins de passagers que les trams, mais ils sont plus autonomes.    
1937 : Le premier trolleybus roule sur la rue Beaubien. L’avantage dont il dispose par rapport au tramway est qu’avec ses perches, il peut se ranger sur le côté et libérer le centre de la voie. Cela laisse davantage de place à la circulation automobile.

 

Années 1940
De nouveaux garages voient le jour :  sur la rue Bellechasse (1941), sur la rue Charlevoix (Atwater) (1944), sur le boul. Crémazie (1945) en face d’un atelier de réparation en construction qui ouvrira en 1948, sur la rue Villeray (1947).

Après la guerre, mise en place d’un bus adapté pour les vétérans handicapés. C’est d’abord une passerelle en pente qu’on installe à chaque fois.

http://www.stm.info/fr/a-propos/decouvrez-la-STM-et-son-histoire/histoire/histoire-du-transport-adapte



Années 1950

1951 : Municipalisation du transport collectif et création de la CTM (Commission de transport de Montréal).
  • Le remplacement systématique des tramways commence. Au début, on extrait les rails du sol. Ensuite, on se contente de les recouvrir, ce qui simplifie les travaux.
  • Des cours de formation sont instaurés pour les chauffeurs de tramway afin de leur permettre d’acquérir leur permis de conduire.
  • Entre 1957 et 1967, les bus et les trolleybus se partagent le transport.
  • Avec le développement du transport en commun, le besoin de garages augmente. Voient le jour :  Namur sur Jean Talon (1954); Frontenac (1956); Saint-Michel (1957).
 
1959 : Utilisation d’un bus à 2 volants pour l’entraînement des chauffeurs
  • Retrait complet des tramways le 30 août 1959. Le dernier parcours se fait sur le boulevard Rosemont. C’est la fin d’une époque.
  • La CTM fait rouler son premier bus New look de la General Motors sur la rue Sainte-Catherine. C’est le premier d’une longue série puisque Montréal en achètera plus de 2000. Ils seront montés dans l’usine de GM à Saint-Eustache. La production sera arrêtée en 1986. 
1960 : Fin de l’utilisation des bus Canadian Car & Brill

 

Bus Canadian Car-Brill et tramway sur la rue Jean-Talon (1953)
http://www.stm.info/fr/a-propos/decouvrez-la-STM-et-son-histoire/histoire/chronologie-de-lentreprise

1962 :       Installation du premier modèle standard d’abribus (il y en a 2000 aujourd’hui).

1965 :       Instauration du Service touristique « Promenade » Annulation des zones et instauration d’un tarif unique sur tout le territoire.

1966 :       L’année 1966 voit le retrait des trolleys et l’arrivée du métro en octobre.

1967 :       La Commission de Transport de Montréal (CTM) devient la Commission de Transport de la Communauté Urbaine de Montréal (CTCUM)

1971 :       Agrandissement du garage Saint-Denis

1973 :       Ouverture du garage Legendre

1974 :       Les bus deviennent bleus
  •  Arrivée des premiers billets métro-bus
  • Début de l’obligation du paiement exact dans l’autobus avec la création d’un réseau de points de vente de billets.
1975 :       Aéroservice reliant Montréal à l’aéroport de Mirabel géré par la compagnie Prévost.

1976 :       L’uniforme bleu remplace l’uniforme gris. 
http://www.stm.info/sites/default/files/histoire/hb4_1978_5-978-086_uniforme_de_chauffeur.jpg

197719 1977 : Francine Maltais est la 1re femme chauffeuse. Elle prendra sa retraite en 2014.

Années 1980

  • Le lancement de la carte mensuelle a lieu en avril 1980. Avant 1980, le transport adapté est effectué par des compagnies privées. Ce sont de petites entreprises. « En 1979, les 16 véhicules adaptés de Minibus Forest effectuent près de 70 000 déplacements. Ce n’est pas rien, mais c’est loin d’être suffisant pour répondre aux besoins des personnes ayant une limitation motrice de la région de Montréal. Après des années de courage, d’obstination et d’espoir, celles-ci remportent en 1980 une grande victoire. Le 11 février, le gouvernement du Québec demande aux sociétés de transport du Québec d’assumer elles-mêmes, à compter du 1er avril, le transport des personnes ayant une limitation motrice sur leur territoire. La Commission de transport de la Communauté urbaine de Montréal (CTCUM) prend le relais de la compagnie Minibus Forest et hérite de ses 16 véhicules. » http://www.stm.info/fr/a-propos/decouvrez-la-STM-et-son-histoire/histoire/histoire-du-transport-adapte

  • L’achat de la compagnie Metropolitain provincial par la CTCUM va permettre d’organiser un service régional unifié avec les villes de Valleyfield, Huntingdon, etc., mais surtout l’ouest de l’Île. La CTCUM reçoit alors le mandat de desservir 61 municipalités de la banlieue de Montréal.
  •  Nouveau garage à Anjou (1983).
  • Acquisition d’un bus de formation à 2 volants (1983).
  • Début de la mise en service des bus Classic de GM. Ils seront achetés jusqu’en 1996 et rouleront jusqu’en 2003 (1983).
  •  L’année 1984 est marquée par la visite du pape au Canada. La CTCUM enregistrera 3 millions de passages. C’est le plus grand achalandage de son histoire.
  • Ouverture du garage Saint-Laurent (1985).
  • L’inondation du 14 juillet (1987) entraîne d’importantes perturbations.
  • Création du réseau de nuit (1988).
  • Le premier réchaud-bus entre en service (1989). 
En 1990, Michel Robichaud crée l’uniforme des chauffeuses, qui auparavant avaient le même que les chauffeurs. 
http://www.stm.info/sites/default/files/histoire/hb4_1985_985433_uniforme_de_chauffeure.jpg
  • Apparition des afficheurs de ligne électroniques sur le devant des bus (1990).
  • Ouverture du centre de transport LaSalle (1995).
  • Introduction du plancher surbaissé avec les inconvénients dus à la neige, en hiver (1996).
  • Début du service de descente le soir entre deux arrêts surtout pour assurer la sécurité des femmes (1997).
  • Transport adapté installé au CT Saint-Michel. Il permet de 3 à 4 millions de déplacements en minibus par an, un chiffre augmentant constamment (1999).
  • Début de l’utilisation du biodiesel quid deviendra petit à petit le seul carburant utilisé (1999).
 Années 2000-2019
  • La CTCUM devient la STM (Société des transports de Montréal) en 2002.
  • Introduction de la carte opus (2008).
  • Première génération de bus hybrides (2008).
  • Premiers bus articulés (2009).
  • Création de la ligne 747 vers l’aéroport (2010).
  • 3e réchaud-bus (2011).
  • Ouverture du centre de transports Stinson à Saint-Laurent, « Immense bâtiment de deux étages qui pourra accueillir 300 bus, dont 100 articulés. Des aménagements pourront même recevoir éventuellement des bus électriques ». Construit selon les principes de développement durable (2014) (http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-termines/stinson)
  • Changement d’uniforme (2015).
  • Mise en place du projet Cité mobilité (2017) qui a pour but de mettre en service des bus 100 % électriques.

____________

Notes prises par Yves Keller

Document à consulter pour davantage d’information :

·         Le site de la CTCUM sur son histoire :
http://www.stm.info/fr/a-propos/decouvrez-la-STM-et-son-histoire/histoire/histoire-des-bus

 

·         Le livre édité par Benoit Clairoux et ses collaborateurs (consultable au centre de documentation de la Société d’histoire) : 100 ans, 500 pages, 1 400 photos et illustrations.
https://www.boutiquestm.com/fc/livre-100-ans-de-bus-a-montreal.html

Note de l’éditeur :

 « Pour la première fois, un livre retrace l’histoire complète des bus à Montréal. Découvrez en textes et en images les bus White, REO, Yellow Coach, Safeway, Versare, Mack, Leyland, AEC, ACF-Brill, Ford, General Motors, Canadian Car-Brill, Twin Coach-Fageol, Canadair-Flxible, Flyer, Prévost, MCI et NovaBus qui ont circulé dans les rues de la métropole, sans oublier d’autres véhicules mis à l’essai. Surtout, apprenez comment de simple complément au tramway, le bus est rapidement devenu le moyen de transport le plus étendu sur l’île de Montréal ».

Comments