01. 1914-1918 : une époque exceptionnelle et fondatrice pour Renault


































































=========
ANALYSES - ETUDES
1914-1918: UNE EPOQUE EXCEPTIONNELLE
ET FONDATRICE POUR RENAULT

LES PUBLICATIONS DE RENAULT HISTOIRE
POUR LE CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE

LUC BASTARD

Après un bref passage aux Achats à son arrivée chez Renault en 1976, Luc Bastard a été en charge de dossiers très diversifiés au cours d’un parcours passant par la Direction du Produit, la Direction des Technologies de Production, la Direction des Filiales Industrielles Automobiles. Détaché à l’ACEA (Association des Constructeurs Automobiles Européens) à Bruxelles en 1996, il revient en 2000 à la Direction du Plan, puis rejoint la Direction des Affaires Publiques de 2003 à 2013. Durant cette dernière période, il assure la Vice-
présidence du CCFA (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles) de 2007 à 2010.
Au sens propre du terme, les quatre années de mi 1914 à novembre 1918 ont été « extraordinaires » pour Renault, à différents points de vue:
•    L’activité d’armement de l’Entreprise, en quantité, réactivité, inventivité. Pour l’armée, il était crucial d’industrialiser vite et produire en grande quantité des objets très diversifiés, loin de l’activité d’origine de l’usine. L ’industrie a rempli une mission considérable durant cette tragédie, tout au long de laquelle l’innovation et l’effort de production ont été déterminants. Dans cette bataille loin du front, Renault a répondu aux besoins de l’armée dans des domaines très variés : obus, pièces de fusils, multiples véhicules, pièces de canons, moteurs d’avions, avions, chars.

L’évolution de l’Entreprise surla période.Par rapport à sa situation mi-1914, les quatre années vont induire des changements majeurs : les surfaces, les technologies, la puissance installée, le type de machines, le personnel. Et une réadaptation difficile dès fin 1918.


La forte implication de Louis Renault durant le conflit dans plusieurs domaines clés. Pilotage de son entreprise et contributions technologiques ; coordination des industries de la Seine et responsabilité dans plusieurs groupements de production ; et de ce fait, interlocuteur clé du Ministre de l’Armement, impliqué dans des négociations complexes.


Les questions sociales et syndicales.Explosion des effectifs en dépit d’un turn­over élevé, d’où des embauches massives de personnels nouveaux dont des femmes; conditions de vie très dures avec des journées de 12 heures; salaires faibles et assez inégaux, dans une période de forte inflation; des conflits sociaux, surtout en 1917 et 1918.


ANALYSES - ETUDES
Pour Renault Histoire, cette tranche de vie de l’entreprise devait évidemment, en parallèle de la Commémoration du Centenaire de la Guerre, vous être décrite en détail à travers des faits et des événements, comme dans la marque qu’elle a imprimée, dans certains cas jusqu’à nos jours. Les derniers bâtiments de Billancourt ont disparu il y a moins de deux décennies. Nombre d’entre eux dataient de cette période, ou d’avant : le Bâtiment A, ou D12, ou “l’Artillerie” sont reconnaissables sur les documents de cette époque. Et l’histoire humaine et sociale de Renault a des racines dans ces années tragiques, tant dans la mise en place d’entraides ou d’associations que dans l’émergence de formes syndicales, toutes deux durables.
Pour présenter cette période, la diversité des thèmes, la richesse des archives et des images disponibles, tant films que photographies, nous utiliserons deux supports très différents:

Les revues Renault Histoire, en répartissant sur plusieurs numéros, une douzaine d’articles présentant soit des thèmes transversaux, soit des sujets spécifiques. Plutôt que de risquer une dilution sur les 4 années du conflit et donc 8 numéros, nous avons choisi d’opérer un regroupement. Ce premier numéro, RH 31, inclut quatre articles : une vue synthétique sur la période ; deux articles très transversaux, l’un sur l’ensemble des activités d’armement, l’autre sur le rôle de Louis Renault ; et une présentation de l’épisode des taxis de la Marne, il y a juste 100 ans.


Un “documentaire interactif” en ligne visible à partir du site internet de Renault Histoire, ou à l’adressewww.renault1418.com. Présenter l’activité industrielle liée à l’armement et toutes les difficultés inhérentes, en s’appuyant sur des films et photos d’époque, est original, voire unique aujourd’hui dans le cadre de la Commémoration. En choisissant de pouvoir dif fuser publiquement ce document de plus d’une heure, notre association vise un auditoire large de façon à accroître sa notoriété et remplir sa mission de diffusion de l’histoire de Renault. Nous ne pouvons prétendre à l’exhaustivité sur une tranche d’histoire aussi dense. Nous espérons que cet ensemble de publications vous apportera une bonne vision de l’activité et de l’évolution de Renault durant ces événements, mais aussi vous donnera l’envie de l’approfondir; n’hésitez pas à consulter les deux ouvrages de références pour ces articles :


De Gilbert Hatry, « Renault Usine de Guerre », éditions Lafourcade,


De Patrick Fridenson, « Histoire des Usines Renault », disponible au Seuil. Bonne lecture, en espérant que vous apprécierez le résultat de ces travaux. Faites connaître le documentaire interactif autour de vous, c’est le meilleur service à rendre à Renault Histoire. Et merci de vos remarques et commentaires.