Brésil: Sao Bernardo et Curitiba

 
 


L'implantation de Renault au Brésil s'effectue en 2 temps.

Tout d'abord, en 1959, sous l'impulsion de Pierre Dreyfus, la RNUR prend une  participation dans la première entreprise brésilienne automobile, Willys do Brasil (WOB) qui fabrique depuis 1952 des Jeep dans son usine de Sao Bernardo (état de Sao Paulo): WOB fabriquera des Dauphine sous licence jusqu'en 1967. En 1967, la RNUR doit choisir: rester au Brésil ou rester en Argentine. Elle choisit l'Argentine et quitte le Brésil jusqu'en 1995. 


 
   
Renault SA, dans le cadre de la stratégie d'internationalisation de Louis Schweitzer, décide de revenir seul au Brésil en 1995 avec une implantation nouvelle à Curitiba (état de Parana) où les fabrications démarrent en 1998. C'est un retour difficile mais gagnant: en 2010, le marché brésilien est le 3ème de Renault avec 160 000 véhicules (merci à Logan et Sandero !) et une bonne rentabilité financière

Histoire des sites en bref...
Création et évolutions
L'usine de Sao Bernardo do Campo a été créée en 1952 par Willys do Brasil (WOB), première entreprise automobile brésilienne. Elle fabrique des Renault de 1959 à 1968. Rachetée par Ford en 1967.
L'usine de Curitiba est construite à partir de 1996 (inauguration en décembre 1998): d'abord VP, elle sera complétée très vite par une usine de Mécanique puis une usine VU. Superficie: 250 ha, dont 13 ha pour l'unité de carrosserie-montage VP, 8,5 ha pour l'unité de carrosserie-montage VU et 3,3 ha pour l'unité de mécanique
Situation géographique
 L’usine de Sao Bernardo do Campo est située dans le sud de l'état de Sao Paulo.
L'usine Ayrton Senna est située à
Sao José dos Pinhais à 15 km de Curitiba (Parana).
Type de fabrication
Sao Bernardo (Willys) de 1959 à 1967: carrosserie et Montage (Dauphine)
Curitiba (à partir de 1998): carrosserie et montage (usine VP puis usine VU), mécanique
Grandes dates de l’usine
L'aventure avec Willys do Brasil (1959 - 1967)
·         1959 : Renault prend une participation de 15% dans Willys do Brasil (WOB). WOB fait partie du groupe Kaiser (implanté également en Argentine - IKA), première entreprise automobile brésilienne installée à Sao Bernardo (Sao Paulo). WOB produit et vend des Jeep mais doit trouver en complément des VP. Renault accorde une licence de fabrication de la Dauphine pour 15 ans à WOB.
·        
1960 : Sortie de la Dauphine.
Concurrence de VW: la production annuelle ne dépassera pas les 12 000 véhicules, malgré un marché en forte croissance (12 000 véhicules en 1959 vs 130 000 véhicules en 1967).
.       1966 : WOB demande à Renault un véhicule de gamme moyenne: la Renault 12 (tricorps et break avec des carrosseries spécifiques) sera commercialisée sous le nom de Corcel un an avant la France !
.       1967: Kaiser en difficulté financière cherche à vendre WOB au Brésil et IKA en Argentine. Renault ne peut pas financer cette double opération et choisit l'Argentine. Renault vend ses parts dans WOB à Ford et la licence Corcel. Le Ford Corcel sera un succès majeur: 1 200 000 véhicules produits et vendus jusqu'en 1984.
Faut-il et peut-on revenir au Brésil? (1967 - 1976)
·         1967 : Renault a quitté le Brésil.
·        
Années 1970: Dictature. Cependant, "Miracle économique" brésilien dans le cadre d'une politique économique libérale mais nationaliste. Le marché repart (il atteindra 800 000 véhicules en 1976), dominé par VW, GM et Ford (avec la Corcel).
.       1971 : Changement d'organisation chez Renault avec la création de la Direction des Affaires Internationales (DAI). La Direction Régionale Amérique Latine est basée à Rio de Janeiro.
.       1973 : La production décroit en Argentine et croit au Brésil. Un projet Renault Brésil renait (prévision de 110 000 véhicules par an). Les négociations avec les pouvoirs publics sont proches d'une conclusion positive, mais le choc pétrolier conduit à l'abandon du projet.
.       1976 : C'est FIAT qui entre !
Renault ne revient qu'en 1994 avec
le projet Brésil, à la recherche d'une stratégie Mercosur

·         1994 : L'économie repart, le marché va automobile double entre 1992 et 1997, les importations sont autorisées. Renault a nommé en 1992 un importateur exclusif: Carlos Alberto Oliveira de Andrade (CAOA). L'absence de production locale est un handicap. La constitution du Mercosur ouvre des espoirs de libre échange avec l'Argentine.
      
1995 : Renault décide de revenir au Brésil avec un projet complet et une seconde implantation industrielle en Amérique latine après l'Argentine. Création de la filiale commerciale RCDB (Renault Comercial do Brasil) et désengagement d'avec CAOA. Des négociations avec Daimler-Benz débutent sur un projet d'usine de montage commune mais sont finalement abandonnées. Renault ira seul. L'organisation Renault change avec l'arrivée de Carlos Ghosn comme DGA et à qui le Mercosur est rattaché.
·        
1996 : Choix du site: Sao José dos Pinhais à 15 km de Curitiba (Parana). Renault va créer une société dont il détient 60%, l'état de Parana participant à hauteur de 40%: Renault do Brasil Automoveis (RDBA).
Première pierre: 29 mars 1996. Capacités: 40 000 v. en 1999 et 120 000 v. en 2001. Les véhicules: Scenic puis Clio 2 1litre puis Clio tricorps.
.       1997 : Renault réorganise ses participations en Argentine (RASA) et au Brésil (RDBA) en liaison avec le groupe argentin de Manuel Antelo (voir Argentine). Création d'une Business Unit Mercosur.
.       1998:  Inauguration de l'usine Ayrton Senna (4 décembre) par Louis Schweitzer en présence du président de la république Fernando Cardoso. Décision de créer un usine moteurs sur le site (400 000/ an) dont une partie approvisionnera l'Argentine.
·         1999 : Accord de commercialisation Scenic le 15 janvier. L'usine produit 30 000 Scenic. Signature de l'accord Renault-Nissan: une usine VU (50 000 v./an) sera créée.
.       2000 :
La participation du Parana dans RDBA tombe à 10%.
.       2001 : Démarrage de l'usine VU (Renault Master, Nissan X-Terra et Frontier). Mais retournement du marché: les usines sont sous-utilisées.
.       2002 : Véhicules produits: Kangoo, Clio, Mégane tricorps, Scenic, Master. Production de 50 000 v. très en dessous des capacités. Mauvais résultats financiers: diminution des effectifs, réduction des stocks, diminution drastique des investissements, restructuration du réseau commercial.
.       2004 : Production VP/VU de 75 000 véhicules. Nouvelle offre moteurs (le "Flex fuel" mixte essence/ bioéthanol apparaitra en 2005  = ventes moteurs essence seul). Renault Brésil n'a pas d'offre sur le segment important des voitures populaires et demande le développement d'un bicorps basé sur la Logan: ce sera la Sandero.
.       2005 : La situation financière et commerciale (moins de 3% de pénétration contre 4,6% en 2001, faillites réseau) restent difficiles dans l'attente du renouvellement gamme. Carlos Ghosn devient Président de Renault: création d'une région Amériques.
.       2007 : Lancement de Logan puis Sandero: gros succès. Retour à une rentabilité positive.
.       2008 : Le marché repart fortement pendant 9 mois. La crise financière de fin 2008 touche peu le Brésil.
.       2009 : Le marché reprend son rythme de début 2008: 3 000 000 véhicules.
.       2010 : Pénétration de 5% (70% par Sandero et Logan). Les ventes de Renault ont triplé depuis 2005 (avec 160 000 véhicules, le Brésil est le 3ème marché de Renault). La rentabilité est devenue très bonne pour Renault et son réseau.


Production annuelle
Sao Bernardo (Willys)
L'usine a produit plus de 90 000 Renault de 1959 à 1968.
Source: Freyssenet M., La production du Groupe Renault par pays (véhicules particuliers et petits utilitaires), 1945-2013. Document d’enquête: cinq tableaux et six graphiques. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 168 Ko. ISSN 7116 0941
Curitiba

De 1998 à 2013, plus de 1 700 000 voitures particulières et de véhicules utilitaires légers
(incluant également des Nissan) sont produits. A partir de 2013, la capacité de l'usine est portée à 380 000 unités annuelles.
 
Source: Freyssenet M., La production du Groupe Renault par pays (véhicules particuliers et petits utilitaires), 1945-2013. Document d’enquête: cinq tableaux et six graphiques. Édition numérique, freyssenet.com, 2007 et mises à jour, 168 Ko. ISSN 7116 0941. 
Produits fabriqués et dates (situation à fin 2013)
Sao Bernardo (Willys 1959-1968)
·         Dauphine et Dauphine Gordini : 74 000 exemplaires    
Curitiba (à partir de 1998)
Renault
·         Scenic
.       Mégane tricorps
·        
Clio (berline et sedan)
.       Kangoo VP et VU
.       Logan
.       Sandero
.       Duster
.       Master
Nissan· 
.       X-Terra
.       Frontier    
Évolution des effectifs de Curitiba (1998 - 2013)
Source
: Freyssenet M., Effectifs des établissements du Groupe Renault en France et à l'étranger, par type d'activité, 1941-2013. Documents d'enquête, Édition numérique, freyssenet.com, 2010 et mises à jour. ISSN 7116 0941
Directeurs successifs
·         Pierre SEMERENA (1959-1962)
·         Marc LAMBERT (1962-1969)
Renault quitte le Brésil de 1969 à 1995
·        
Pierre POUPEL (1995-1999)
·        
Luc-Alexandre MENARD (1999-2002)
·        
Pierre POUPEL (2002-2006)
·        
Jérôme STOLL (2006-2009)
.       Jean-Michel JALINIER (2009-2012)
.       Olivier MURGUET (2012-2015)
.       Fabrice CAMBOLIVE (2015-...)
Bibliographie
  • Renault Histoire - Spécial Renault en Amérique Latine - Octobre 2015
  • Renault Histoire N°5 - Renault, 25 ans en Amérique Latine - Juin 1993