France: Billancourt

R
enault s’est longtemps identifié à Billancourt, berceau industriel de l’entreprise.
A partir de 1898, le modeste atelier de Louis Renault fait place jusque dans les années 1970 à un énorme ensemble industriel qui grandit d’abord sur la rive droite de la Seine, pour conquérir ensuite l’Ile Seguin et avoir enfin une tête de pont sur la rive gauche, à Meudon.
A partir des années 1980, l’usine, « forteresse ouvrière » devenue inadaptée à la production automobile moderne, vit une lente décroissance pour fermer ses portes en 1992.

Les bâtiments industriels ont été rasés en 2004-2005 et le site est aujourd'hui en réaménagement.
 
92 Hauts-de-Seine RÈgion Œle-de-France / Boulogne-Billancourt: La ZAC Seguin - Rives de Seine sur les anciens terrains Renault / Le nouveau quartier TrapËze / L'Óle Seguin et la Seine *** Local Caption *** Boulogne-Billancourt : The new area "Rives de Seine" / The island Seguin and the river Seine / 92 Hauts-de-Seine RÈgion Œle-de-France
Création
L’entreprise Renault naît en 1898 dans la propriété de la famille Renault à Billancourt. Boulogne sur Seine et Billancourt attirent à l’époque des industries, notamment automobile et aviation, désirant échapper aux contraintes parisiennes. Dès 1900, les ateliers de Billancourt couvrent 4680 m2 pour atteindre 143 600 m2 à la veille de la guerre 1914-1918.
Situation géographique
L’usine était implantée au Sud-Ouest de Paris à Boulogne-Billancourt et Meudon (Hauts de seine), occupant peu à peu des surfaces importantes (plus de 100 ha) sur les deux rives et dans l’île d’un méandre de la Seine.
Type de fabrication
Voitures: carrosserie, montage, mécanique (1898-1992)
Camions, cars et bus (1920-1950)
Autorails (1920-1949)
Moteurs d’avion (1914-1945)
Matériel militaire : armes (1914-1918), chars – dont FT17 et Chenillette- (1914-1945)
Tracteurs agricoles (1920-1945)
Grandes dates du site
Les débuts 1898 - 1914
·           1898 : Louis Renault construit sa première voiturette « à prise directe » dans l’abri de jardin de la propriété familiale.
·        
1899 : Création de la société « Renault Frères » par Fernand et Marcel Renault. Louis Renault est simple employé. L’abri de jardin est abandonné au profit d’un hangar à bateaux transféré depuis l’ile Seguin. 71 voiturettes sont fabriquées. Effectif : 60 personnes.
·        
1901 : Effectif : 400 personnes.
·        
1903 : Marcel Renault se tue dans la course Paris-Madrid. Louis prend la place de son frère dans la société.
·        
1905 : Renault remporte un appel d’offres de la Compagnie Française des Automobiles de Place (commande de 1500 taxis). Les ateliers de Billancourt couvrent alors 22 000 m2 et emploient 800 personnes.
·        
1906 : La recherche de productivité provoque de nombreux conflits sociaux. Augmentation des salaires de 5% et journée de 8 heures.
·        
1907 : premiers moteurs pour l’aviation.
·        
1908 : Fernand se retire de la société qui devient « Société des Automobiles Renault ». Autobus Renault pour Paris. Les usines couvrent 46500 m2.
·        
1909 : Décès de Fernand Renault.
·        
1910 : Crue de la Seine. L’usine est fermée 12 jours.
·        
1911 : Louis Renault s’inspire (de manière sélective) des méthodes américaines de Taylor et Ford pour améliorer les performances industrielles. Nouveaux ateliers pour véhicules industriels.
·        
1913 : Grève du « Chronométrage » (10 février au 22 mars). Licenciement de 436 ouvriers.

.      Début 1914 : L’usine a une superficie de 143 600 m2 (soit 14,3 ha), emploie 4970 personnes et produit 10% des automobiles françaises.
La guerre 1914 - 1918
·         1914 : La mobilisation ramène les effectifs à 1200 personnes. Pénurie de munitions : Renault imagine un procédé de fabrication d’obus “bi-blocs” utilisant des moyens répandus dans l’industrie et apporte une réponse au problème. L’usine réembauche.
·        
1915 : l’usine fabrique des composants de canon. L’effectif remonte à 12800 personnes.
·        
1916 : conception du char léger FT17. Superficie des usines : 248 700 m2. Effectif : 20 157 personnes.
·        
1917 : Effondrement du bâtiment C4 (60 morts). Grèves. Augmentations de salaires et introduction des délégués d’atelier. Sortie du premier char FT17 et commande de 3000 chars pour 1918.
·        
1918 : l’usine fabrique 1800 chars FT17 cette année-là et aura fabriqué 14 000 moteurs d’avion sur la période. Elle a triplé sa superficie (365 000 m2 soit 37 ha) et compte 22 500 personnes.

L'entre-deux-guerres
·         1919 : Construction du bâtiment « X » (bâtiment « Pierre Dreyfus ») qui sera jusqu’en 1975 celui de la Direction.
·        
A partir de 1920 : politique industrielle d’intégration. Création  des ateliers de fonderie, forge, pneumatiques, chromage…  et fabrication de ses propres moyens de production : charpente métallique, engins de manutention…
·        
1921 : Les effectifs sont ramenés à 10400.
·        
1922 : La « Société des Automobiles Renault » devient la « Société Anonymes des Usines Renault » dont Louis Renault détient plus de 80% des parts. Début du montage à la chaîne. Premier autorail Renault.
·        
1923 : Début des travaux de construction de l’usine de l’île Seguin (surélèvement de l’île). Effectifs : 20500.
·        
1926 : Billancourt est rattachée à Boulogne pour constituer la commune de Boulogne-Billancourt.
·        
1928 : Grèves du 12 au 28 mai pour augmentation de salaires de 10%. Effectifs : 29 500.
·        
1929 : La Ville de Boulogne vend les voies englobées dans l’usine.
·        
1930 : Fin de la première tranche de construction de l’île Seguin, desservie par deux ponts nouvellement créés (Daydé entre Seguin et Billancourt en 1928, Seibert entre Seguin et Meudon en 1932). On y monte voitures de tourisme, poids lourds, autobus et matériel ferroviaire. Superficie totale des usines : 67 ha.
·        
1931 : Crise économique et baisses de production. Effectifs : 23 000.
·        
1933 : Seconde phase de construction de l’île Seguin (-> 1935).
·        
1936 : Grèves de 80% des ouvriers (33000). Première fermeture pour congés payés.
·        
1938 : L’agitation sociale n’a pas cessé depuis 1936. Evacuation de l’usine par la police. Effectifs : 38 000.
·        
1939 : les surfaces atteignent 100 ha.
La guerre 1939 - 1945 et la nationalisation de Renault
·         1940 : l’usine est réquisitionnée par l’occupant et placée sous l’autorité des cadres de Daimler-Benz. Effectifs : 20200.
·        
1942-1943 : Bombardements alliés (plus de 1000 victimes dans la ville en 1942). On reconstruit. Décentralisation d’une partie importante de la production.
·        
1945 : Nationalisation. La « Société Anonymes des usines Renault » devient la « Régie Nationale des Usines Renault ». L’usine est à 80% détruite
.





Grandes dates du site (suite)
Redémarrage et apogée 1945 - 1984
·         1945 : L’usine redémarre avec la Juvaquatre. Effectifs : 23250. Plan de modernisation de l’outillage.
·        
1947 : Lancement de la 4CV. « Machines Transferts » de Pierre Bézier.  Premières grandes grèves de l’après-guerre. Effectifs : 30950.
·        
1950 : 100000ème 4CV. Grèves.
·        
1951 : Les effectifs culminent à 42453. Décentralisation sur l’usine de Flins.
.        
1953 : Grèves.
·        
1954 : Billancourt produit 123 500 véhicules, soit 70% de la production de la RNUR. 500000ème  4CV
·        
1955 : Accords d’entreprise : 3ème semaine de congés payés.
·        
1959 : Création de deux usines : UFMB (Usine de Fonderie et Mécanique de Billancourt), UCMB (Usine de Carrosserie et Montage de Billancourt)
·        
1961 : Lancement de la R4
·        
1962 : Accords d’entreprise : 4ème semaine de congés payés
·        
1968 : Travail en deux équipes. Grèves avec 33 jours d’arrêt.
·        
1970 : Nouveau pic d’effectifs à 38981.
·        
1972 : Agitation des mouvements gauchistes et grèves à répétition. Pierre Overney, militant maoïste, est tué devant les grilles de l’avenue Emile Zola.
·        
1974 : Mensualisation de l’ensemble du personnel.
·        
1975 : Apogée avec des cadences de 1200 véhicules / jour. Grève des caristes et OS de chaîne de Billancourt.
·        
1979 : Fusion des 2 usines UFMB et UCMB -> UB (Usine de Billancourt)
·        
1981 : Projet de modernisation du site : Billancourt 2000.

La fermeture 1984 - 1992
·        
1984 : les handicaps structurels de l’unité de carrosserie-montage (milieu urbain, une île, sur six niveaux) condamnent l’usine. Longue phase de décroissance. Les plans sociaux se succèdent.
·        
1985 : Grèves et violences. Les « Dix de Billancourt » sont renvoyés.
·        
1986 : Lancement de l’Express, utilitaire dérivé de la Super 5.
·        
1989 : Annonce de la fermeture le 21 novembre.
·        
1992 : Billancourt ferme définitivement ses portes le 31 mars. La R5 Société est la dernière voiture à sortir de chaîne. Les « Dix » sont définitivement exclus de Renault.

Production annuelle (quelques chiffres)
·         1899 : 71 véhicules
·        
1904 : 1 076 véhicules
·        
1909 : 4 700 véhicules
·        
1914 : 4 206 véhicules
.        
1922 : 8 177 véhicules
·        
1923 : 21 100 véhicules
·        
1924 : 32 500 véhicules
·        
1925 : 44 800 véhicules
·        
1928 : 55 900 véhicules
·        
1931 : 41 100 véhicules
·        
1936 : 61 100 véhicules
·        
1939 : 58 000 véhicules
·        
1948 : 22 600 4CV
·        
1949 : 70 600 4CV
·        
1950 : 86 000 4CV
·        
1954 : 123 500 véhicules
·        
1967 : 150 000 véhicules (760 v / jour)
·        
1972 : 210 000 véhicules (1050 v / jour)
·        
1975 : 240 000 véhicules (1200 v /jour)
·        
1980 : 180 000 véhicules (900 v / jour)
·        
1984 : 160 000 véhicules (800 v / jour)
.       1989 : 85 000 véhicules (420 v / jour)
Voitures fabriquées
De 1898 à 1940
La quasi totalité des véhicules conçus par Renault pendant la période.
Voir le site Renault Classic
: Les pionniers, L'industrialisation
De 1946 à 1992
·         Juvaquatre
·        
4CV
·        
Colorale
·        
Dauphine
·        
Renault 4
·        
Renault 6
·        
Renault Express
·        
Renault 5 Société


Évolution des effectifs (1941 - 1992)
Source
: Freyssenet M., Effectifs des établissements du Groupe Renault en France et à l'étranger, par type d'activité, 1941-2013. Documents d'enquête, Édition numérique, freyssenet.com, 2010 et mises à jour. ISSN 7116 0941
Directeurs successifs (à compléter)
·        
Pierre Alphonse GRILLOT (1936-…), Directeur des Fabrications pilotant directement les départements de Billancourt. Il sera assisté de Marcel TAUVERON, Directeur Carrosserie et Montage (début années 1950)
En 1959, sont créées 2 usines: UFMB (Fabrication Mécanique), UCMB (Carrosserie- Montage/ Ile Seguin)
·         M. de LONGCAMP, Directeur UFMB (1959- 1970)
.       Alain VERDET, Directeur UFMB (1970-1974)
.       Pierre LADREYT, Direcreur UCMB (1959-1968)
·         Henri LAROUSSINIE, Directeur UCMB (1968-1974)
·        
Roger VACHER, Directeur UCMB (1974-1976)
En 1976, l'UFMB et l'UCMB sont rattachées au CIB (Centre Industriel de Billancourt) puis fusionnées en 1979 dans l'UB (Usine de Billancourt). Le CIB comporte, outre l'UB, les directions hébergées: Méthodes, Achats, Qualité. Les directeurs du CIB président le comité d'établissement (CE) du CIB.
.       Claude BILLAUD, Directeur CIB (1974-1976)
      Roger VACHER, Directeur CIB et UB (1976-1985)
·         Michel AUROY, Directeur CIB et UB (1985-1987)
.       Yves POLDERMAN, Directeur CIB et UB (1987)
.       Michel GORNET, Directeur CIB et UB (1988-1989)
·         Georges PEROT, Directeur CIB et UB (1989-1992)