PUBLICATIONS‎ > ‎4. Autres articles‎ > ‎

2015-03 - Quand les automobiles avaient des carrosseries en bois par Michel Jullien

Ceci est un résumé

(L'article intégral est disponible dans l'espace adhérents, rubrique "Autres articles" - Consulter l'article >>>)

L’implantation des moteurs, la grande innovation de la fin de ce 19ème siècle, et de la mécanique en général occupera à 100% ces artistes d’un genre nouveau : les créateurs d’automobiles.


 
 
                                                                                               
                               Châssis Renault EU 1919                                                                           Conduite intérieure sur châssis EU

La carrosserie ne fera pas immédiatement l’objet de leur attention ; ils se concentreront d’abord sur l’élaboration des “châssis“, que les clients feront équiper eux-mêmes par des carrossiers constructeurs de voitures hippomobiles. Ceux-ci habilleront selon les mêmes techniques ces “mécaniques“, inconnues jusqu’alors. Les techniques de fabrication de ces carrosseries n’évolueront que très progressivement jusqu’à l’orée des technologies modernes apparues juste avant la deuxième guerre mondiale et qui ne prendront véritablement leur envol qu’à la fin des années 40.

L’ossature bois était la base de la technologie de la fabrication des carrosseries de véhicules  hippomobiles, et le sera donc aussi pour les automobiles jusqu’à pratiquement à la fin des années 30.

 
 

                                   L’ossature bois assemblée (à gauche), puis son “habillage“ par des tôles préformées (à droite) en 1932.

Les carrosseries métalliques que nous connaissons aujourd’hui, faites d’éléments de tôle d’acier emboutie soudés entre eux, mettront du temps à s’imposer. La fabrication des tôles emboutissables, ainsi que la conception et la réalisation des outils d’emboutissage eux-mêmes ont demandé quelques décennies de travail aux métallurgistes et aux mécaniciens… La technologie artisanale des ossatures bois ne permettait pas les fortes cadences de production et donc le “low cost“ ; elle s’est ainsi petit à petit effacée du paysage, un peu comme les moines copistes ont fini par céder la place à Gutenberg…

Renault fabriquera ses propres carrosseries à l’Usine O, à Boulogne “Point du jour“, selon cette technologie jusqu’à l’apparition de la première carrosserie entièrement métallique, intégrant également le châssis : la Juvaquatre de 1937.

Les évolutions progressives des méthodes de fabrication des carrosseries entraineront de constantes transformations du paysage industriel des différents sites de l’usine de Billancourt pendant cette période.

Les presses transferts et les lignes d’assemblage par soudure finiront par prendre impitoyablement le pouvoir et permettront le formidable essor de l’automobile, laissant à leurs souvenirs les nostalgiques de cette époque révolue des carrosseries en bois...

 
 


 
                Assemblage/Montage des caisses Usine O                                                      Carrosserie Usine 0 (Torpédo 1922)