PUBLICATIONS‎ > ‎4. Autres articles‎ > ‎

2014-09 : L'ergonomie dans les entreprises (Bulletin de la Société d'Ergonomie - 2003) - Roger Rebiffé et François Hartemann

Comme dans beaucoup d’autres domaines, Renault a fait œuvre de pionnier dans l’application de l’ergonomie aux véhicules et aux postes de travail à partir du milieu des années 1950.
C’est pour retracer ces débuts héroïques qu’avec l’aimable autorisation de la Société d’Ergonomie de Langue Française nous reproduisons l'entretien réalisé avec Roger Rebiffé et François Hartemann par Lydia Faveaux et Yvon Haradji, et paru dans le Bulletin de cette Société de mars 2003.                                    

Résumé:
(
cet article est disponible dans l'espace adhérents, rubrique "Autres articles"
Pour le consulter  >>>)


L’ERGONOMIE CHEZ RENAULT: UNE CURIEUSE HISTOIRE EN PLUSIEURS DIMENSIONS…

Tout commence en 1952 avec la volonté de Pierre Lefaucheux[1], d’améliorer les conditions de travail dans ses usines. Cette idée prend vraiment corps en 1954 avec Alain Wisner[2], qui créé le laboratoire du confort et de la sécurité. Mais nul n’étant prophète en son pays, ce sujet n’intéresse personne et surtout pas… les intéressés ! L’activité d’A. Wisner se tourne alors vers… l’automobile et ses occupants. Il s’agit de comprendre les mécanismes du confort des passagers pour les améliorer, sur la base de la connaissance de données anthropométriques des conducteurs. C’est l’époque de la Dauphine, il est donc vrai qu’un énorme potentiel d’amélioration existe… !

En 1962, A.Wisner revient à la charge sur sa vocation première : les conditions de travail ; mais comme presque dix ans plus tôt, le sujet n’intéresse toujours personne… Ni la DG, ni les syndicats. Pourtant, il suffisait à cette époque de traverser les ateliers pour se rendre compte de l’ampleur du sujet… A. Wisner jette l’éponge et quitte l’entreprise.

Claude Tarrière[3] lui succède et créé le Laboratoire de physiologie et de biomécanique. De nouvelles préoccupations sont prises en compte aux côtés de l’ergonomie “géométrique”, comme la vigilance, mais surtout la sécurité des autos, qui, à cette époque, n’intéressait pas encore grand monde…L’accidentologie et la biomécanique étaient nées chez Renault. Mais, même si les conditions de travail n’intéressent toujours officiellement personne, le “terrain” s’y intéresse avec des études pour objectiver la pénibilité des postes de travail en 1963, qui débouchent sur un manuel d’ergonomie pour les services des méthodes de fabrications.




En 1969, les conditions de travail et l’ergonomie automobile se séparent définitivement. L’Ergonomie prend alors son indépendance avec Roger Rebiffé, à l’origine de cette activité. Petit à petit ce secteur va “imposer”, dès les phases amont des projets, ses préconisations pour la conception des habitacles. Elles permettent d’assurer au meilleur niveau possible pour les occupants, le confort de posture, la visibilité, les facilités d’accès etc. Cette démarche sera un succès sur le long terme.

Dans les années 80 une nouvelle facette de l’ergonomie apparaît : l’Interface Homme Machine (IHM). Les nouvelles technologies électroniques, comme les cristaux liquides ou les balbutiements des premiers systèmes de navigation, font leur apparition. Comment les conducteurs vont-ils “intégrer” ces nouvelles informations de conduite ? A travers Prométhéus[4] et Carminat[5], comme pour l’ergonomie “géométrique”, des études du comportement des réactions des conducteurs sont menées de façon approfondie pour être capable de définir les bonnes informations à communiquer au bon moment.

L’énorme savoir-faire actuel de l’Entreprise dans ces domaines découle directement de l’extraordinaire travail sur le long terme de ces pionniers… A l’heure où l’on parle de la voiture qui n’aurait plus besoin de conducteur, l’histoire de ces hommes et la pertinente réflexion de Roger Rebiffé - « A partir du moment où les ingénieurs savent faire, ils ont tendance à considérer que c’est bon pour le client » - doivent nous guider dans nos réflexions…



[1] 1er PDG de la RNUR, 1945-1955

[2] Alain Wisner, médecin, un des fondateurs de l’ergonomie française.

[3] Claude Tarière, médecin, responsable de la sécurité chez Renault de 1962 à ?

[4] Programme européen pour le développement de l’électronique appliquée aux véhicules.

[5] Système de navigation développé par Renault, Sagem et Philips.