PUBLICATIONS‎ > ‎4. Autres articles‎ > ‎

2014-03 : RENAULT 25 - Luxe et innovations (extrait de la revue SYNCHRO)

L'intégralité des revues "SYNCHRO" diffusées dans tout le réseau commercial France est disponible dans "l'Espace adhérents" dans la rubrique "News Renault>>>>>
 

 


























































































========================================================================================================================

Il Y a trente ans, Renault éblouissait le planète automobile en lançant une gamme ambitieuse, au style innovant et dotée d'une technologie d'avant­garde. L'ingénieur produit, Dominique Pied noir, nous fait entrer dans les coulisses du projet. 
E
tabli dès 1978, le cahier des charges de la future R25 visait à développer 
les positions de Renault sur le haut 
de gamme en capitalisant sur ce qui 
avait si bien réussi aux R16 et 
R20/30. Fonctionnelle et accueillante plutôt 
qu'imposante, elle proposera un concept et un 
contenu innovants qui se démarqueront de la 
concurrence traditionnelle allemande. Mais, en 
préalable à toute ambition, il fallait d'abord 
corriger les faiblesses de ses aïeules: style, 
motorisation, consommation, tenue de caisse et 
de route, corrosion, qualité, coûts. 
Le style de la R25 -on ne parlait pas encore de 
design -ne fut pas étranger à son succès com­
mercial. Il causa également quelques aléas dans 
le planning des prises de décision qui firent glis­
ser de six mois la date du lancement, finalement 
repoussé à mars 1984. 
L'aspect de la carrosserie avait difficilement ame­
né à deux propositions différentes : « Rafale ,., 
dans l'esprit de la Citroën CX, proposée par 
Jacques Nocher et Jean-François Venet. et « Bic­
Aéro ,. pour bicorps aérodynamique, dessiné par 

L'aérodynamique exceptionnelle de la carrosserie (ex de 28) et un contenu électronique avant-gardiste participèrent à l'image high-tech de la R25. 
Le confort exceptionnel de la voiture était parfaitement exprimé par le dessin de l'habitacle, signé Gandini. dernière heure: une maquette inconnue des participants, proposée par le directeur du style, Robert Opron. Toute en lignes droites, angles et plans, elle arrive directement d'Italie, de chez Marcello Gandini, père des fameuses Lambor­ghini Miura et Countach. Stupéfaction des acteurs, soulagement des décideurs 1 Ceux-ci, insatisfaits du style développé jusque-là, appré­cient cette nouvelle offre beaucoup plus en phase avec le style extérieur et l'esprit moderne, dynamique, lumineux, spacieux de la voiture. L'intérêt supérieur du produit prévaut : le nouveau style balaye le précédent. La suite donnera raison aux décideurs avec un produit final parfai­tement cohérent et séduisant, mais aussi aux techniciens, qui anticipaient une mise au point difficile: elle ne sera pas terminée à temps. 
Gaston Juchet. Ce demier se caractérisait par une lunette arrière en forme de bulle qui lui don­nait un air de tricorps. Après une compétition acharnée et trois opérations de raccourcissement réalisées en urgence, c'est BicAéro, très bien acceptée en test chez les propriétaires tant de bicorps que de tricorps, qui sera finalement choisie. Le gel du style de la planche de bord fut également le lieu d'un coup de théâtre. Nous sommes en avril 1981 pour la validation finale. 
Le nouveau style prend le pas 
Et, surprise, ce n'est pas une mais deux ma­quettes qui trônent dans la salle! Il y a celle pré­vue, aboutie sur le plan technique avec un style « polochon ,. très rond et « doudouné ,. type R11. Mais elle doit faire face à une intruse de la 

42 MARS2 014 
Le confort des suspensions et la maîtrise de la consommation furent des axes majeurs du développement de la voiture. 

Avant d'opter pour son profil spécifique avec bulle arrière, un projet plus classique fut également étudié sous le nom de code Rafale. 

Entre le classicisme des tricorps à l'allemande et le pragmatisme des bicorps à hayon, la R25 a opté pour le trompe-l'œil de la bulle arrière 
Côté prestations, la R25 entend marquer le pas par rapport à ses devancières. Pour corriger les mouvements de caisse à l'accélération, au freinage et dans les courbes, le train avant est profondément modifié (inclinaison des bras infé­rieurs avant, suspensions raidies et débatte­ments réduits). Le confort des occupants en sera grandement amélioré. Le confort des sièges et l'insonorisation seront aussi des points forts de la voiture. La climatisation progressera, mais les aléas stylistiques et les difficultés techniques limi­teront ses performances et son agrément. La maîtrise de la consommation sera un des axes majeurs du projet. Malgré des dimensions plus généreuses, la R25 gagne 60 kilos par rap­port à la R20. Une cure d'amaigrissement sans 
-I....'Ll.'t'. lJll:..T~t' LIU'---~ -iF.llw-'.l!l.'II-..JI 
Le pilotage était assuré par un triumvirat qui participait aux rendez-vous d'entreprise du projet, avec le chef de produit, l'ingénieur produit bureau d'études et le chef de projet industriel. 
Le chef de produit (Jacques Cheinisse), animait le groupe. Il présentait les dossiers aux rendez-vous décisionnels. 

S(] J0J-J;J0 
le magazine du réseau 
l'ingénieur produit (Dominique Piednoir en 1980) rédigeait et officialisait la définition technique, animait la contribution des études aux dossiers décisionnels, Le chef de projet industriel (Raymond Savoye en 1981) coordonnait les différents métiers industriels et animait les équipes de l'usine et des fournisseurs internes ou externes à Renault. 
Direction Commerciale France Renau~, 13, avenue Paul-langeVln, 92359 Le Plessis-Robinson CEDEX 
rtLÉPHONE : 0176840404/ MAil: synchro@renault.com DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Elie Elbaz DIRECTRICE DE LA RÉDACTION : Petra Le Luel 
doute un peu trop radicale: le pare-brise collé se fissurait quand on mettait une roue à cheval sur un trottoir ou soulevait la voi­ture avec un cric! L'aérodynamique atteint un niveau exceptionnel: le coefficient de pénétration dans l'air final descend à 
0,28, contre 0,32 pour les meilleures --:-~==------~~~~~~~-J 
concurrentes. Enfin,le nouveau bloc 2.2 essence (injection électronique RENIX) et les boîtes de vitesses à rapports longs tirent profit de la baisse du poids et du Cx. La réduction des frottements (roulements de roue intégrés, par exemple) vient compléter la performance. La lutte contre la corrosion s'appuie sur les meil­leures techniques connues : tôles préprotégées, cataphorèse, mastics chimiquement neutres, 
Plus tard, Philippe Gamba a rejoint ce trio en tant que chef de projet commercial. Cette organisation préfigurait celle que Raymond Lévy mettra en place ultérieurement: les directions de projet. Sans la puissance de feu que donne la délégation dont la direction générale était parcimonieuse, elle démontrait pourtant l'utilité d'une animation projet transversale. 

CONCEPTION ET RÉAUSATION : ELEPHANT AT WORK RtDACTEUR EN CHEF DàÉGUt : Philippe Verheyden DIRECTEUR ARTISTIQUE : Xavier Henry SECRUAIRE DE RtDACTION : Stéphane Barré IMPRESSION: Maury, ISSN: 02955806 DtPOT ltGAl: à parution Synchro est un magazine destiné au réseau Renau~. Documents et visuels non contractuels. 
RetlOwez toutes ces informations ennchies de vidéos sur www.synchronet.renault.com 
etc. L'étanchéité fait l'objet de premières pour l'usine de Sandouville, comme le pare-brise col­lé. Le confort acoustique de la voiture est traité au top des connaissances de l'époque, Par contre, c'est dans l'usine, et donc trop tard, que le problème des bruits de carrosserie est pris réellement en charge. La grande «timidité .. à dépenser en amont les centimes nécessaires énervera les clients! La R25 devait être à la pointe en matière d'innovation. C'était avec le style une des rares opportunités pour se différen­cier face au haut de gamme allemand. La R25 puise ainsi dans le portefeuille technologique de la R11 Électronique. Une technologie balbutiante qui réservera bien des désagréments aux pre­miers utilisateurs: souvenons-nous de la jauge à carburant ou de la synthèse de la parole! Si la clientèle allemande n'a pas pardonné les pro­messes qualité non tenues, le succès a bien été au rendez-vous en France, où les clients ont plé­biscité contre vents et marées le concept de la R25, aidés par une phase 2 finalement sans reproches. 
DOMINIQUE PIEONDIR POUR RENAULT HISTOIRE 
Crédits photo 
P,l : A Borgeaud. P.4-5 : DR, A-L. Goupil. P.6-7 : L, Boegly, DR. 

P. 8-9 : L. Perenom, F. Man, J. Marin, Renault Design, Fotolia, 
DR. P.1D-ll : A. Hetier, D.A. P.12-17 : C. De Plater. P.18-27: 
A Borgeaud, A Bernier. Renault Design. p, 28-29 : A Borgeaud. 

D.A. 
p. 30-31 : A Borgeaud, DR. P. 32-33 : DR. P.34-35: V. Fel. 

P. 
36-41 : D.R. P. 42-43 : DA.