Le séminaire‎ > ‎2012-2013‎ > ‎

Alain FERRANT

Jeudi 23 mai 2013 • 18h30 à 21h • à UNamur - 61 rue de Bruxelles 5000 Namur, local L 25 (2ième étage) Faculté philo. et lettres

La folie Maupassant

 

Il est vain de chercher à expliquer le génie créateur par les spécificités de son his­toire mais rien ne nous interdit d’interroger la façon dont l’écri­ture s’em­pare des particularités historiques et fa­miliales pour les traiter. L’être hu­main ne peut vivre qu’en s’appropriant ce qui lui a été im­posé au départ.
Pour Maupassant, ces en­jeux sont para­doxaux. Il ne peut être lui-même qu’en étant le représen­tant d’un autre. Dès sa naissance, il est investi par sa mère comme double de son frère, Alfred Le Poittevin, ami intime de Flaubert. Au seuil de la mort, Flaubert investit Maupassant comme fils ce qui ali­mentera la rumeur d’une pa­ter­nité réelle de Flaubert.  

Au sein de cette complexité identitaire, Maupassant invente sa propre his­toire et l’hypothèse de l’identification à l’oncle mort est insuffisante. L’écriture est la médiation par laquelle les conditions d’appropriation et de subjectivation de ces dif­fé­rents élé­ments sont ré­unies. Écrivain sans famille, sans des­cendance mais non sans postérité, il réalise le fantasme mater­nel en devenant l’écri­vain génial que l’oncle n’a pas été, et pro­pulse le nom de son père au firmament de la célé­brité. Mais la question du double et de l’écriture, chez Maupassant, renvoie avant tout à l’existence d’un noyau mélancolique, source et limite de son travail créateur.

Alain FERRANT

  • Professeur Émérite de Psychopathologie clinique, CRPPC, Université Lumière – Lyon 2
  • Psychanalyste, Société Psychanalytique de Paris

Ouvrages

  • « La honte de Rimbaud » in « Les enjeux psychopathologiques de l’acte créateur », sous la direction de A. Brun et B. Chouvier, Bruxelles, De Boeck, 2011
  • « Honte, culpabilité, traumatisme » (avec A. Ciccone), Paris, Dunod, 2009
  • « Manuel de psychologie et de psychopathologie clinique générale », sous la direction du Pr. R. Roussillon, Paris, Masson, 2007
  • « Pulsion et liens d’emprise », Paris, Dunod, 2001

 Articles récents

  • « Céline, l’analyste et l’immonde interne », Topique, 118, 2012
  • « Emprise et lien tyrannique », in Connexion, 95, 2011
  • « Indices de honte et dispositif thérapeutique », (avec A. Ciccone), Dialogue, « Honte et transmission » 190, 2010
  • « L’absence et ses affects », Tribune psychanalytique, 9, 2010
  • « Psychopathologie clinique : quelles perspectives ? », Santé mentale, 141, 2009
  • « Quelques aspects du processus psychanalytique », Nouvelle Revue de Psychosociologie, 6, 2008
Comments