Le séminaire‎ > ‎2012-2013‎ > ‎

Bernard CADOUX

Jeudi 8 novembre 2012 • 18h30 à 21h* • aux FUNDP - 61 rue de Bruxelles 5000 Namur, local L 25 (2ième étage) Faculté philo. et lettres

* À 17h30, le séminaire sera précédé pour ceux qui le souhaitent d'une visite guidée de l'exposition "Pulsion[s] art&déraison" au Musée Félicien Rops • rue Fumal 12 à Namur

Stanislas Rodanski ou la Folie à l’œuvre


Stanislas RODANSKI

Poète né et mort à Lyon (1927-1981). Météore du surréalisme dont l’œuvre, bien que célébrée par Julien Gracq et reconnue par les poètes contemporains, reste confidentielle et pour une part encore inédite. Sa vie se découpe en deux périodes d’égale durée :

  • 27 ans d’une vie chaotique, faite de déchirements existentiels, d’une dérive onirique émaillée d’arrestations et d’internements. Et la volonté de folie qu’il affiche, par provocation dès ses premiers textes, est une manière de conjurer la hantise d’un effondrement qu’il pressent inéluctable. La lecture et l’écriture sont à la fois ses remèdes et ses poisons.
Il reprend et détourne certaines représentations littéraires de la folie, s’imagine chef de bord de la Nef des fous, s’essaie à la folie feinte de Tristan et de Lancelot, rivalise avec Maldoror, se découvre dans celle bien réelle de Nerval ou de Nadja. Reprenant à son compte la célébration surréaliste de la folie, il se livre à tous les dérèglements, pratique l’insomnie avec méthode, essaie toutes les drogues pour estomper la limite entre le rêve et la réalité et échapper à une lancinante détresse. Son écriture emprunte  simultanément à tous les genres (poème, récit, journal, roman d’aventure, correspondance) et les subvertit tous en les télescopant, en risquant des rapprochés improbables, des carambolages narratifs qui provoquent d’éblouissantes étincelles. C’est ce qui lui confère son étrange  modernité. Stanislas Rodanski revendique haut et fort le plagiat déjà recommandé par Isidore Ducasse, pratique le collage de textes d’une façon qui le rapproche davantage du Cut up de William Burroughs que du collage surréaliste. Par cette manière furieusement échevelée d’écrire, « il ne s’agit pas, dira-t-il, de faire une œuvre, mais de faire acte de présence à moi-même ». Présence vacillante du poète qui se déploie en une constellation d’identités et de styles différents. 
  • Á 27 ans, Stanislas Rodanski se retire définitivement du commerce du monde en entrant à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu à Lyon où il séjournera 27 ans jusqu’à son décès en 1981 à l’âge de 54 ans. Envers silencieux d’une première vie chaotique, ce séjour hors du temps, dans la crypte amniotique de l’asile, est marqué par l’écriture d’une centaine de carnets qui déroulent une litanie métamorphique sans commencement ni fin qu’il appellera « sa doctrine » comme pour la distinguer de ce qui précédemment avait fait et continue de faire œuvre.
Deux ans avant sa mort, il sortira de son silence en acceptant de participer au film Horizon Perdu dont il fournira le titre et la matière. Horizon Perdu ou la quête d’une œuvre introuvable et véritable poème de la Folie.

Film, bio-bibliographie, et blogs (sélection) :
  • Horizon perdu, film de Jean-Paul Lebesson et Bernard Cadoux, N&B, 38’, 1980, sera projeté à l’occasion de cette rencontre.

Quelques ouvrages de Stanislas Rodanski disponibles :

  • Écrits (dont La Victoire à l’ombre des ailes), Paris, Christian Bourgois, 1999.
  • Requiem for me, Paris, Éditions des Cendres, 2009.
  • Le Cours de la liberté, Éditions de l’Arachnoïde, 2010.
  • Le Club des ratés de l’aventure, Renard Pâle, « Sous le signe du soleil noir, », 2012. 

Quelques ouvrages sur Stanislas Rodanski :

  • Alain Jouffroy, Stanislas Rodanski : Une folie volontaire, Paris, Jean-Michel Place, 2002.
  • Bernard Cadoux, Jean-Paul Lebesson, François-René Simon, Stanislas Rodanski, Éclats d’une vie, Lyon, Fage, 2012.
Blog :

Bernard CADOUX

Né le 29 janvier 1946, à Annecy
Psychologue clinicien, Psychodramatiste, Animateur d’atelier d’écriture.

Activités professionnelles :

  • Pendant de nombreuses années, a exercé comme psychologue clinicien tant en psychiatrie adultes qu’en psychiatrie infanto-juvénile, orientant son travail et sa réflexion cliniques principalement sur les thérapies de groupe à médiations artistiques, et notamment sur les ateliers d’écriture.
  • A été chargé d’enseignement à l’Université Lumière Lyon 2 : En Master 2 de psychologie clinique • Á l’Université tous âges (UTA) • Au Diplôme Universitaire (DU) : soins psychiques, créativité, expression artistique.
  • Actuellement, Bernard Cadoux a une  pratique clinique de psychodrame individuel à l’hôpital St Cyr au Mont d’Or et de psychodrame de groupe à la maison des adolescents du Rhône. D’autre part, poursuit son engagement dans la formation des art-thérapeutes, principalement dans le cadre de l’INFIPP à Villeurbanne et de l’INÉCAT à Paris, en particulier pour ce qui concerne la fonction de l’écriture en thérapie, et anime actuellement un atelier d’écriture.

Ouvrages :

  • Stanislas Rodanski : Éclats d’une vie, avec Jean-Paul Lebesson et François-René Simon, Fage Éditions, 2012.
  • Écritures de la psychose, Aubier, « Psychanalyse », 1999.( nouvelle édition prévue  à La Rumeur Libre en 2013)

 Films documentaires avec, en collaboration avec Jean-Paul Lebesson :

  • SR : Enquête sur un tueur d’images, 53’, couleur, 16 mm & vidéo, 1993.
  • Haut les masques, 21’, couleur, 1984.
  • Horizon perdu, 38’, N&B, 1980.

Une exposition a été consacrée à Stanislas Rodanski à Lyon en 2002


Ċ
Antoine Masson,
21 oct. 2012, 08:32
Comments