I. La Gaule ancienne (romaine et franque)

Отправлено 6 сент. 2011 г., 12:40 пользователем Tatiana Torgovkina   [ обновлено 11 февр. 2014 г., 07:53 ]

Les gaulois venus de l’Europe centrale, s’établissent entre le Rhin, Les Alpes, la Méditerranée, les Pyrénées et l’Atlantique, au cours des derniers siècles avant Jésus-Christ. Ils parlent la même langue, adorent les même dieux, mais ils forment une centaine de peuplades indépendantes jalouses les unes aux autres. En dépit de leurs divisions on a pris l’habitude de désigner le territoire qu’elles occupent d’un nom unique – la Gaule.



La Gaule était plus étendue que la France actuelle, surtout vers le Nord-Est. On construit des villes peu nombreuses dans les endroits difficiles à atteindre: sur les sommets isolés, ou dans des îles fluviales. Lutèce, qui plus tard deviendra Paris, occupe seulement l’île de la Cité, reliée par deux ponts de bois aux rives de la Seine.



Les Gaulois sont des paysans batailleurs

La plupart des Gaulois sont des cultivateurs. Ils sèment le blé dont ils font le pain. Ils élèvent des chevaux, des vaches, des moutons, des porcs, des chèvres, des poules, presque tous les animaux qu’on trouve aujourd’hui à la ferme.

Bas-relief découvert à Trèves (Belgique) représentant la moissonneuse gauloise

Il y a parmi eux d’excellents ouvriers, habiles à tisser le lin et la laine, à forger des armes, des outils, des ustensiles de cuisine. On trouve des ciseleurs travaillant l’or et l’argent pour en faire des bijoux.


Les Gaulois sont francs, généreux, bavards, mais aussi buveurs et volontiers indisciplinés. Ils font des dieux de tout ce qui les effraie, de tout qui est beau: le vent, le tonnerre, les montagnes, les forêts, les fleuves, les sourses. 


Leurs prêtres, les druides célèbrent solennellement chaque année la fête du gui sacré, qu’ils coupent sur les chênes, avec une faucille d’or. Ils transmettent oralement leur savoir aux jeunes nobles. Ils sont choisis pour juges. Ils soignent aussi les malades. Aussi tout les respectent.

 


Chez les Druides, le gui était considéré comme une plante sacrée. Selon eux, cette plante avait des propriétés miraculeuses, dont celles de guérir certaines maladies, d'immuniser les humains contre les poisons, de leur assurer la fertilité et de les protéger des méfaits de la sorcellerie. De plus, lorsque des ennemis se rencontraient sous le gui dans la forêt, ils devaient déposer leurs armes et observer une trève jusqu'au lendemain. C'est de là que proviendrait, paraît-il, cette ancienne coutume de suspendre une boule de gui au plafond et d'y échanger un baiser en signe d'amitié et de bienvaillance. 

Les Romains considèrent les Gaulois comme des Barbares, mais ils savent reconnaîtres leurs qualités, et souhaitent pénétrer dans leur riche pays. C’est grâce aux écrivains romains que nous connaissons le genre de vie des Gaulois.


Les Romains font la conquête de la Gaule

Légères perturbation en Centre-Gaule - le film 

Pour assurer leurs communications par terre avec l’Espagne qu’ils ont conquise, les Romains occupent la partie méditerreanéénne de la Gaule à la fin du IIe siècle avant Jésus-Christ.

Dès lors, ils interviennent dans les querelles entre les peuples gaulois. A l’appel de l’un d’entre eux, Jules César fait avancer ses légions en Gaules en 58 av.J.- C. Ce général ambitieux soumet peu à peu toute la Gaule. Lorsqu’il la croit vaincue, elle se soulève presque tout entière sous la commandement de Vercingétorix (52 av. J.-C.). Malgré son courage, le chef  gaulois, enfermé dans Alésia, doit se rendre à César, qui le fait mettre à mort quelques années plus tard. C’en est fini l’indépendance de la Gaule.

Pour en savoir plus

La Gaule est transformée par les Romains

Les Romains assurent l’ordre à l’intérieur; ils construisent des routes solides rayonnant autour de Lyon, la capitale ; leurs légions, campées sur le Rhin, protègent la Gaule contre les Barbares.


Peu à peu les Gaulois imitent la manière de vivre des Romains, au point qu’ils adoptent leur costume (la toge), leur langue (le latin), leur religion, et qu’ils fréquentent les écoles fondées à Lyon, Bordeaux, Autun. Ils deviennent des Gallo - Romains.


Les villes se multipent avec leur plan régulier en quadrillage, leurs maisons de pierre, leurs monuments publics (temples, établissements de bains ou thermes, théâtres, arènes). Nous admirons encore les ruines grandioses des arènes de Nîmes, du thèâtre d’Orange ; le célèbre pont du Gard subsiste toujours. A la faveur de la paix romaine, la population gauloise augmente. De nombreux esclaves et domestiques travaillent dans les grandes propriétés des riches Gallo- Romains.

Les arènes de Nîmes
Le théâtre antique d'Orange

Au IIe siècle ap.J.-C., la religion chrétienne apparaît dans la Gaule romaine

Cette religion, fondée par Jésus-Christ en Palestine, enseigne qu’il n’y a qu’un seul Dieu et que tous les hommes sont frères. Or, les Romains adorent plusieurs dieux et emploient des esclaves. Ils maltraitent les premiers chrétiens, les jettent en prison, les livrent aux bêtes fauves dans les arènes. Le magnifique courage des martyrs soulève l’admiration. Aussi la religion chrétienne se répand-elle malgré les persécution surtout parmi le peuple des villes. Elle triomphe à la fin du IVe siècle, mais les campagnes restent païennes.   

Les persécutions des chrétiens

Pour en savoir plus

Des Barbares envahissent la Gaule romaine

Les légions romaines ne parviennent plus à résister aux Barbares sur les frontières. Les plus redoutables de ces Barbares, les Germains, viennent des plaines humides et froides de l’Allemagne actuelle. Déjà, au IIIe siècle, leurs bandes ont ravagé la Gaule, qui les attire par sa richesse et douceur de son climat. 


Leur pression devient irrésistible au début du Ve siècle, quand ils sont eux-mêmes poussés par les terribles cavaliers asiatiques, les Huns, qui leur inspirent une très grande peur. Les Huns font irruption derrière les Germains en 451. Conduis par un chef cruel, Attila, le «fléau de Dieu», ils détruisent tout sur leur passage.


Alors, Gallo-Romains et Germains s’alient pour mieux les combattre. Ils réunissent à les repousser après une sévère bataille livrée en Champagne.
Pour en savoir plus

Clovis s’empare de la Gaule

Ces désordres, ces combats ont provoqué un affaiblissement de l’autorité romaine. Au contraire, les guerriers francs, qui sont les plus nombreux et les plus courageux – ils sont réputés pour leur habileté à manier la francisque - s’imposent aux autres peuples qui occupent le territoire de la Gaule. En 481, Clovis, un chef jeune et énergique, est élu roi d’un peuple franc. Il se débarrasse par la guerre ou par le crime des autres chefs francs. Il exige l’obéissance de ses guerriers et les conduit à la victoire décisive contre les Gallo-Romains à Soissons. En 15 ans, il devient le maître des pays compris entre la Loire et le Rhin.

Epoux de Chlotilde, princesse chrétienne, Clovis se fait baptiser à Reims par l’évêque Remi, ainssi, il obtient l’appui de l’Eglise. Il fait de Paris la capitale de la Gaule franque, royaume indépendante presque aussi grand que la France actuelle. Ils est fondateur de la dynastie des Mérovingiens, du nom de son grand-père Mérovée.


        CLOVIS, LE ROI DES FRANCS

А sa mort, en 511, ses fils se partagent royaume, comme le veut la coutume franque. Mais alors les jalousies sèment la discorde à chaque succession. La plupart des rois mérovingiens sont des incapables, justement appelés rois fainéants. Les guerres, les pillages, les incendies, la famine, les épidémies détruisent presque entièrement la civilisation gallo-romaines.  

Pour en savoir plus

Faites le test



Comments