Le Robinier faux acacia

Robinia pseudoacacia L.                                                                               FABACÉES

 

Nom français : Robinier faux acacia                                                Nom occitan : l’acacier

De J. ROBIN : jardinier de roi (1550-1629) qui sema le premier arbre en 1601 à Paris. 

           

Caractères biologiques :

Arbre de (10-25m) de haut.

Floraison : Mai-Juillet

 

Caractères diagnostiques :

 Très facile à identifier. Se caractérise par son écorce lisse, puis devenant crevassée. Les jeunes rameaux portent de fortes épines.

Les feuilles sont alternes, composées de (3-10) paires de folioles, plus une foliole terminale, molles, ovales, entières, plus ou moins glauques.

Les fleurs sont papilionacées, blanches, disposées en grappes pendantes très odorantes. Les fruits sont des gousses linéaires oblongues, aplaties,gris noirâtre.

 

Propriétés apicoles :

On ne parle pas de miel de robinier, mais de miel d’acacia. Miel très recherché, restant liquide très longtemps, il contient environ 36% de glucose

et 40% de lévulose. Il est de couleur très claire, jaune pâle, ce qui lui confère un pouvoir attractif considérable au niveau des consommateurs.

La production de miel d’acacia est très fluctuante selon les années, sans que l’on ait d’explication vraiment rationnelle à ce sujet.

Il semble que la production de nectar soit sensible

à un nombre important de facteurs climatiques, tel que les gelées tardives, les vents froids, probablement la pluviométrie, etc… Ce qui fait que l’on ne peut vraiment avoir la certitude d’une bonne récolte, qu’au moment où l’on soulève les hausses.

 

Écologie :

Plante ayant un grand pouvoir d’adaptation, en ce qui concerne les sols. Elle se développe sur des humus très variés, riches ou pauvres, au pH assez fluctuant. Aime bien sur les sols argileux, limons, sables, graviers, craint en revanche l’excès de calcaire. Le robinier tolère les sols humides tout en acceptant aussi un certain degré de sécheresse. C’est une espèce héliophile. 

 

Habitat :

Espèce cultivée pour la fixation des sols, elle est souvent naturalisée sur des sols secs et bien drainés. Le robinier se développe sur les remblais de voies ferrées ou de routes, mais aussi forme des massifs forestiers associé à d’autres essences comme le pin sylvestre ainsi que d’autres conifères ou des espèces caducifoliés. Il peuple également aussi bien des terrains vagues que d’anciens parcs. Il est en fait assez opportuniste !

 

Répartition :

Le robinier est une espèce introduite en Europe au début du XVIIème siècle. Son aire naturelle est l’Amérique du Nord. Il s’est répandu partout sur notre continent, à l’exception des zones montagnardes.

 

Culture :

Le robinier peut se cultiver par semis. Les graines peuvent se récolter dans les gousses prélevées dans la nature. Elles peuvent également se trouver chez un grainier.

Comments