Chèvrefeuille très odorant



Lonicera fragrantissima Lindl. & Paxton.                                                                   CAPRIFOLIACÉES

Nom français : Chèvrefeuille très odorant, chèvrefeuille d’hiver.                                                                   

Du botaniste allemand : Lonitzer auquel est dédiée cette plante,  et du latin  fragrantissima = très odorant.    

Caractères biologiques :

Arbuste de 2 à 3 m, très ramifié à port buissonnant, à feuilles caduques ou semi-persistantes.

Floraison : Décembre-Mars

 
 
 Critères de reconnaissance :

Ramifications dichotomiques caractéristiques, bien visibles sur l’échantillon scanné. Petites fleurs axillaires, très parfumées, d’un blanc crème lavé de rose très pâle, courtement pétiolées, disposées par paires. La corolle est tubuleuse, à 2 lèvres, constituée de 5 pétales soudés. Présence de 5 étamines portant des anthères jaune d’or.

Feuilles apparaissant après les fleurs, simples, opposées, courtement pétiolées, longues de 2,5 à 7 cm. De couleur vert assez clair, elles sont légèrement pubescentes aux nervures.

Les fruits sont de petites baies oblongues souvent soudées par paire, rouge saumoné, de 6 à 8 mm de long.

Propriétés apicoles :

Très riche en nectar (les américains le nomment « sucette à miel » ainsi d’ailleurs que son proche cousin Lonicera tatarica) et en pollen, d’un blanc crème facile à repérer, lorsque les abeilles le transportent vers la ruche, dès les mois de janvier.  C’est la première plante de la saison susceptible de fournir du pollen à nos abeilles, bien avant le noisetier, puis les saules.  C’est la précocité de cette production qui en fait son principal intérêt

Écologie :

Espèce peu exigeante, plutôt de demi-ombre, mais tolérant le plein soleil. Elle se développe sur  tous les sols ; argileux, calcaires, sableux, terre de bruyère, à condition qu’ils soient bien drainés.

La plante tolère des températures pouvant atteindre –30°C.

Habitat :

Dans la mesure ou cette espèce n’est pas autochtone, elle ne possède pas d’habitat naturel dans notre région. Elle peut être plantées en haies mélangées, en sous-bois, ou isolément dans un parterre.

Répartition :

Cette espèce est originaire de Chine. Elle ne se développe pas spontanément dans notre région. Elle n’est donc pas décrite dans la « Flore de Dordogne ». Elle se rapproche par son port, de L. xylosteum, mais ce dernier à des fleurs inodores, et perd toutes ses feuilles en hiver, ce qui n’est généralement pas le cas de L. fragrantissima.

Culture :

Multiplication facile par bouturage ou marcottage. On peut également réaliser des semis. Les plantations s’effectuent de préférence au printemps ou à l’automne. Pendant la période de végétation, prendre soin de bien arroser. Ensuite, la plante ne demande pas de soins particuliers



Clé de détermination des Chèvrefeuilles de Dordogne :

1a, Fls en têtes terminales. Pl ± volubiles.                                                2

1b, Fls groupées par 2, axillaires, pédonculées. Pl soit ± volubiles, soit arbustives.                                                                                          3

 

2a, Flles non soudées 2 à 2 par leur base, les inf pétiolées, les sup sessiles, ttes ovales aiguës, molles, ± pubescentes, entières ou parfois légèrement dentées, lobées. Fls en bouquet terminal pédonculé et dense. Fls odorantes, en long tube étroit terminé par 2 lèvres. Baies ovoïdes, rouges, de 8mm de diamètre. Pl volubile de (2-4-(6)m). Jn-Sep. Bois, haies, surtout sur sols acides. Eur. mérid.

 L. periclymenum L. subsp. periclymenum

 

2b, Flles sup soudées 2 à 2 par leur base et traversées par la tige. Flles obtuses et un peu coriaces. Fls en 3 têtes terminales portées par un pédoncule de (3-4cm). Fls odorantes, blanc jaunâtre, rougeâtres en dehors. Baies ovoïdes d’un rouge vif. Pl buissonnante, faiblement volubile, de (1-3m). Mai-Jn. Chênaies pubescentes, haies, bois, coteaux. Eur. mérid.

 L. etrusca Santi

 

3a, Fls de (3-5cm), blanches, puis jaunâtres, parfois teintées de rose, parfumées. Flles persistantes ou semi-persistantes, vert vif, ovales, acuminées, duveteuses, de (3-8cm) de L. Baies rouges de (5-8mm). Pl volubile ou rampante, de (2-10m). Mai-Jn-(Oct). Horticole, parfois naturalisé. Intro. (Asie orient.)

 L. japonica Thunb. Ex Murray

3b, Fls de (8-12mm), blanc jaunâtre, inodores, à lèvres bcp + longues que le tube. Flles opposées, courtement pétiolées, ovales molles, velues, de (2-5cm) de L. Baies rouges soudées par 2. Tige non volubile, creuse. Pl arbustive de (1-2m). Mai-Jn. CalcicoleBois, haies. Euras. sept.
                        L. xylosteum L.
Comments