Botanistes périgordins

Jeanne Barret est née le 27 juillet 1740 à la Comelle, Saône et Loire. Très tôt orpheline, elle travaille à Toulon sur Arroux chez un docteur veuf depuis deux ans, le docteur Philibert de Commerson. En 1764, Commerson s’installe à Paris, Jeanne le suit comme gouvernante.

Né en 1727, Commerson, originaire de la Bresse, suit des études de médecine à Montpellier de 1748 à 1754. Collecteur passionné de plantes, il herborise dans les Alpes, le Massif central, le midi méditerranéen, et même dans les jardins botaniques. Linné le charge , à 26 ans, d’observations sur les plantes marines, poissons et coquillages de la Méditerranée.

C’est l’époque des grandes navigations de part le monde. Louis XV confie à Bougainville une expédition pour laquelle il affrète deux bâteaux : une frégate, la Boudeuse et une flute, l’étoile. Sa mission est l’exploration du pacifique, l’ouverture d’une nouvelle route pour la Chine, et la conquête de nouvelles colonies. Commerson embarque sur l’Etoile, en tant que médecin et naturaliste.

 Une ordonnance royale du 15 avril 1689 interdit aux femmes d’embarquer à bord. Alors, Jeanne devient le valet Jean Barret. Elle déclarera plus tard « qu’elle savait qu’il était question de faire le tour du monde, et que cela avait piqué sa curiosité ».

Le départ a lieu de Rochefort, le 6 fevrier 1767, puis traversée de l’Atlantique, le Brésil. Commerson herborise, note, décrit les plantes nouvelles aidé par son valet Jean Barret, fidèle assistant qui le suit à terre, porte les armes, les provisions, les cahiers de plantes. Il nous en reste le Bougainviller, les Hortensias, des notes sur la faune, l’agriculture . Les échantillons feront partie d’un lot de 6000 spécimens déposés au Museum de Paris , dont 3000 inconnues qu’étudieront plus tard Lamark et Jussieu car Commerson a très peu écrit.

Avril 1768, escale à Tahiti. Le commandant note dans son journal l’événement, Jean est Jeanne Barret ! La clandestine est démasquée. Les matelots comme les scientifiques sont unanimes et, rompus à la dure réalité du bord, admettent sa vaillance et sa force d’âme. « La cour lui pardonnera l’infraction aux ordonnances ».

Iles Salomon, Batavia, Iles mascareignes, voilà l’Isle de France en Novembre 1768. L’intendant, Pierre Poivre accueille les explorateurs, et Commerson quitte l’expédition pour une étude approfondie des Iles. L’étude durera 4 ans. Durant l’année 1770, six mois d’étude à Madagascar. Préparant son départ, Philibert de Commerson expédie ses bagages et meurt le 13 mars 1773 , léguant une grande partie de sa fortune à Jeanne Barret.

Jeanne se remarie  en 1774, et c’est le retour au pays. Le 13 novembre 1785, elle est honorée pour son engagement dans l’expédition de M de Bougainville, et son travail auprès de Commerson est légitimement reconnu par le roi qui lui accorde une pension de 200 livres.

Elle termine son parcours à 67 ans entre la Bourgogne et Saint-Aulaye, petit village des bords de la Dordogne, dont le port aux quais de pierre témoigne d’une activité autrefois florissante.