Ankylose de L'ATM

Définition:
L'ankylose des articulations temporo-mandibulaires est une pathologie devenue rare.
Elle peut faire suite à un traumatisme de la région articulaire, à une infection de l'articulation (arthrite), ou à l'évolution d'une pathologie inflammatoire de l'articulation (arthrose exceptionnelle).
Elle se traduit par une limitation de l'ouverture buccale qui peut devenir invalidante.
Son traitement associe un acte chirurgical (libération d'ankylose) ET une auto rééducation par mobilisation douce post opératoire.

Pourquoi ?
La liberté de mouvement de vos articulations temporo-mandibulaires est gage de confort de vie quotidienne. La limitation de l'ouverture buccale se traduit par un inconfort, des restrictions alimentaires, des douleurs parfois.
A un stade évolué, l'ankylose des ATM peut présenter un risque en cas de nécessité de recours à une intubation au cours d'une anesthésie, en compliquant cet acte au moment de l'anesthésie.
Si elle se développe dans la petite enfance, l'ankylose des ATM peut être responsable d'un trouble de croissance avec asymétrie faciale.

Comment ?
Le traitement d'une ankylose de l'ATM nécessite deux étapes inséparables:
        - l'acte chirurgical: libération de l'ankylose
        - la rééducation par autokinésithérapie par le patient, sous surveillance de son chirurgien.

Libération de l'ankylose: L'intervention se déroule sous anesthésie générale.
On utilise une voie d'abord située devant l'insertion de l'oreille pour accéder à l'articulation. Une fois l'articulation exposée, le bloc d'ankylose est retiré. Ce geste permet de séparer le condyle mandibulaire de la cavité articulaire de l'os du temporal. La tête du condyle mandibulaire est remodelée.
On interpose un lambeau d'aponévrose du muscle temporal entre les deux surfaces osseuses pour éviter leur fusion précoce. On reconstruit ensuite le plan ligamentaire latéral de l'articulation, puis la voie d'abord est refermée.

La rééducation par autokinésithérapie:         ELLE EST INDISPENSABLE !!!
Elle consiste en des exercices de mobilisation douce, plusieurs fois par jour, pendant environ trois mois.
Les exercices de mobilisation seront réalisés à plat, sans ouverture buccale les premiers jours. Ils consistent à propulser la mandibule vers l'avant (mouvement de propulsion), puis vers les côtés droit et gauche (mouvement de diduction).
Au bout de quelques jours, votre chirurgien vous autorisera à pratiquer des mouvements d'ouverture buccale avec un travail sur cale. Les détails du maniement de la cale vous seront expliqués au cours des consultations post opératoires.

IMPORTANT
Le succès du traitement d'une ankylose temporo-mandibulaire dépend du chirurgien pour 25% du résultat, et DU PATIENT pour les 75% restants. Si vous ne respectez pas les consignes de rééducation, l'intervention risque fortement de se solder par un échec fonctionnel. Bien conduite, la rééducation permet de tirer un bénéfice réel de l'intervention.

Suites habituelles:
L'hospitalisation sera d'environ 48h.
La douleur est modérée et sera contrôlée par des antalgiques simples.
Votre chirurgien vous expliquera à nouveau la rééducation avant la sortie.
Des consultations hebdomadaires seront nécessaires au début pour vérifier la bonne progression des résultats fonctionnels.

Vous ne parviendrez pas immédiatement à ouvrir grand la bouche. L'intervention ne porte que sur l'articulation. Pendant tout le temps où vous êtes resté ankylosé, les muscles masticateurs se sont rétractés. Il faudra plusieurs semaines de rééducation par autokinésithérapie pour les allonger à nouveau et permettre la mobilité normale de votre mandibule.

Complications:

L'hématome est la complication principale de cette intervention. Elle justifie votre séjour post opératoire à la clinique et peut conduire exceptionnellement à une reprise chirurgicale pour évacuation.

L'infection est exceptionnelle et est prévenue par des antibiotiques administrés pendant l'intervention.

Le nerf facial passe anatomiquement juste à côté de l'articulation temporo-mandibulaire. Sa blessure est donc exceptionnellement possible, notamment en cas de variation anatomique. Elle se traduit alors par une paralysie faciale, avec perte de la mimique du visage du coté de l'opération.


    
    




Fiche modifiée le 06/12/2014