Procès-verbal de l’Assemblée générale annuelle 2020

de l’Association pour la protection de l’environnement du lac Orford

Tenue le dimanche 23 août 2020 à 9 h 00 à la terrasse extérieure du Cercle d’Orford-sur-le-lac

Étaient présents les membres du CA : Ronald J. McRobie, Carol Boivin, Éric Larochelle, Danielle Bergeron, Sylvie Lacombe, Anne Béland ainsi qu’un quorum des membres riverains en règle.

1. Quorum et ouverture de l’assemblée générale à 9:20, le constat du quorum et l’ouverture de l’assemblée sont prononcés par le président du conseil, Ronald J. McRobie, lequel agit comme président d’assemblée d’après les règlements de l’Apelor.

2. Lecture et adoption de l’ordre du jour . Adopté à l’unanimité.

3. Lecture et adoption du procès-verbal de 2019 Lecture du Procès-verbal de l’assemblée générale annuelle 2019 faite par Mme Danielle Bergeron. La proposition d’adoption est faite par Sylvie Fréchette et secondée par Jean Pouliot, et adoptée à l’unanimité.

4. Présentation des objectifs et des réalisations 2019-2020. M. Ronald McRobie en fait la présentation.

Il informe l’assemblée qu’un rapport annuel est remis en décembre tous les ans aux municipalités d’Eastman et d’Austin faisant état des réalisations. Les rapports des années précédentes sont accessibles sur le site internet de l’APELOR.


En 2019, l’Apelor a multiplié ses communications avec les différents paliers de gouvernement, soit avec madame Lyne Bessette, notre députée fédéral et monsieur Gilles Bélanger notre député provincial, afin de leur exposer la problématique de protection du lac, notamment au point d’eau d’Austin, et de demander leur aide à préserver la santé du lac. Nous n’avons pas eu de réponse positive. Monsieur Gilles Bélanger est au courant du danger imminent d’implantation des EEEA, puisqu’il y vient avec sa famille s’entrainer et faire de la planche à pagaie régulièrement.


Il nous rappelle l’importance de ne pas transporter nos embarcations d’un lac à l’autre sans les laver/sécher et d’informer nos visiteurs, locataires et nos voisins du danger d’implantation des EEEA. Les riverains propriétaires doivent assumer leurs responsabilités de protection du lac et informer les locataires et visiteurs de laver/sécher leurs embarcations.


En 2019, le RAPPEL a réalisé en juin, juillet et août des analyses de l’eau de baignade à quatre endroits pour la municipalité d’Austin et l’Apelor les effectue en juillet et août à sept autres endroits. Ces analyses ont donné les résultats suivants : 21/26 des échantillons de l’eau de baignade étaient excellents, 1/26 bon et 4/26 médiocres. Notez que ces derniers résultats sont ceux à proximité de nos deux étangs qui abritent une faune très variée et qui servent de bassin de sédimentation pour le lac. Tous les résultats de nos tests sont sur notre site internet. Les résultats pour juin et juillet 2020 sont généralement excellents ou bons ; les résultats pour août seront connus sous peu.


Aussi, en 2018, la MRC Memphrémagog avait fait analyser le taux de calcium de tous ses lacs et notre taux de vulnérabilité à l’implantation de la moule zébrée était moyen soit de 11,8 à 12,7. Afin de suivre ce dossier de près, en avril dernier, nous avons fait analyser le taux de calcium qui s’est avéré être à 9,1 mg/L un taux très faible. Nous continuerons à les faire en 2021.


À notre demande, le Rappel a fait en décembre 2019 un suivi des travaux dans les fossés d’Austin afin de faire un constat des travaux réalisés suite au rapport de 2017. Les travaux sur le chemin Nord et certains sur la rue du Rond-Point ont été fait, mais pas ceux sur le chemin des Diligences. Des travaux restent encore à faire afin d’améliorer la gestion de l’eau et la stabilité des sols. De plus, un entretien devrait être planifié afin d’assurer l’efficacité des seuils. Austin s’est dégagé en disant ne pas être propriétaire du terrain concerné. L’Apelor continuera de demander à Austin de faire les travaux qu’ils s’étaient déjà engagés à effectuer et surtout de cesser de remplir l’étang par le gravier du chemin des Diligences.


Eastman étudie actuellement une façon d’éliminer la boue qui s’accumule aux enrochements dans les fossés. Monsieur Carol Boivin se dit en faveur de les faire vider annuellement par les camions de vidanges des fosses septiques, mais il n’est pas certain qu’il s’agit d’une solution pratique. La municipalité a demandé au RAPPEL de lui suggérer des solutions à ce problème récurrent. Les trois étangs crées par la voie ferrée sont devenus des bassins de sédimentation très utiles à la santé du lac, mais malheureusement se remplissent graduellement.


Le projet 2019 d’éradication du roseau commun à certains endroits autour du lac a été annulé par manque de temps du RAPPEL. Il se réalisera le 4 septembre 2020 avec l’aide de bénévoles de l’Apelor.


Les bouées sont installées et retirées tous les ans. Les zones de 5 ou 10 km heure doivent être respectés. Tous les membres de l’Apelor peuvent intervenir ou prendre des photos des bateaux fautifs.

Apelor publie dans le Trait d’Union d’Eastman et continue de tenir à jour son site internet. Les membres y trouveront l’essentiel de nos articles, réalisations et les résultats annuels de nos tests d’eau.


5. Approbation des états financiers de l’année se terminant le 31 octobre 2019

M Carol Boivin en fait la présentation. Il nous rappelle que les deux municipalités ont diminué les sommes versées dans la réalisation de nos projets et que nous vivotons financièrement. Heureusement que la municipalité d’Eastman nous verse 1000$ annuellement, ce qui nous permet de faire les analyses d’eau et de payer notre part dans nos projets en partenariat. Nous rappelons à tous nos membres qu’ils peuvent nous faire des dons volontaires par Interac à l’adresse apelor2017@gmail.com. Ces dons nous aideront à poursuivre nos actions de protection de l’eau et de l’environnement du lac Orford. Nous remercions ceux qui nous en ont faits. Les états financiers sont disponibles sur notre site internet.


La proposition d’adoption des états financiers est faite par Robert Fortier, secondée par Jean Pouliot et adoptée à l’unanimité.


6. Modification de l’article 11 des Règlements afin de permettre exceptionnellement la tenue d’assemblée générale électronique; ratification de la résolution du conseil d’administration du 25 avril 2020 modifiant les Règlements en ajoutant l’article 11 viii): “ Dans des situations exceptionnelles où la tenue d’une assemblée des membres en personne est difficile ou impossible, le conseil d’administration peut décider que cette assemblée soit tenue en utilisant des moyens technologiques appropriés pourvu que tous les participants puissent communiquer entre eux” et en modifiant le titre de l’article 11 pour “Avis, quorum, ordre du jour, procédure du vote et assemblée électronique”.

M. Ronald McRobie informe l’assemblée pourquoi le conseil recommande cet amendement lequel nécessite l’approbation d’au moins deux tiers des membres riverains présents. L’adoption de cet amendement est proposée par Louise Bergeron et secondée par Fred McRobie et l’amendement est adopté à l’unanimité.

7. Période de questions

  • Madame Sylvie Fréchette demande comment est-ce que le Comité de l’environnement durable de la MRC Memphrémagog réagit à ce danger d’envahissement par les EEEA ? Nous l’informons n’avoir jamais reçu de réponse à ce sujet de monsieur Jacques Demers, préfet de la MRC et que madame Lisette Maillé en est la présidente depuis plusieurs années.

  • Madame Louise Giroux demande si monsieur Laramée, maire d’Eastman est conscient du danger qui guette le lac et son eau potable ? Madame Danielle Bergeron l’informe qu’il est bien au courant et qu’il a tenté à plus d’une occasion de convaincre madame Maillé d’agir efficacement dans ce dossier, sans succès. Il affirme que «s’il y a un lac à protéger, c’est bien le lac Orford, le seul lac en santé de la région et notre source d’eau potable». Monsieur Carol Boivin nous informe que la municipalité d’Eastman procédera à une étude sur la vulnérabilité de leur eau potable avec la municipalité d’Austin. Cette étude est une initiative gouvernementale.

  • Monsieur Jean Pouliot demande si les tests de salinité faits par Eastman quatre fois par année sont disponibles? Carol Boivin l’informe qu’il peut vérifier sur le site internet de la municipalité https://eastman.quebec/ et s’ils ne s’y trouvent pas, il peut faire une demande d’accès d’information.

  • Monsieur Patrick Bergeron suggère qu’une station de lavage soit installée dans le stationnement municipal. Madame Danielle Bergeron lui dit que Madame Maillé a déjà fait réaliser une étude sur sa faisabilité, mais elle nous a confirmé que ce n’est pas possible. Monsieur Carol Boivin nous informe que la municipalité d’Eastman a installé une station de lavage sur le chemin du Normand à grands frais (75 000$) et qu’une autre sera bientôt en fonction au parc Missisquoi-Nord à la sortie 106. Le tarif est habituellement de 5$ à 10$ selon la grosseur de l’embarcation.

  • Madame Anne Béland constate que les gens ne veulent pas payer pour laver leurs embarcations. Elle voit les courriels et les nombreuses communications transmises par le CA de l’Apelor dans ce dossier et nous félicite.

  • Madame Anik Shooner suggère qu’un contrôle des bateaux des résidents soit fait en apposant un collant, afin de bien les identifier. Ainsi, on pourrait reconnaitre les bateaux d’ailleurs et faire une sensibilisation auprès d’eux. Peut-on avoir une police du lac comme au lac Memphrémagog qui oblige le lavage de toutes les embarcations ? Madame Line Phaneuf sait qu’un tel contrôle s’exerce au lac Long et elle prendra des informations afin de nous en faire part.

  • Madame Lise Vipond demande si les contrats de location informent bien les locataires des précautions à prendre pour les embarcations venues d’ailleurs. Elle demande aussi si cela serait possible que la municipalité d’Eastman publie les règles de protection des plans d’eau sur son site web. De son côté, OSL ajoute aux contrats de location des chalets les règles à suivre pour les mises à l’eau des embarcations des locataires. Certains locateurs interdisent à leurs locataires d’utiliser leurs propres embarcations sur le lac.

  • Madame Marthe Trudeau demande à l’Apelor de distribuer des dépliants concernant les EEEA au printemps 2021. Ils seront remis aux nouveaux propriétaires.

  • Madame Anik Shooner nous suggère d’inviter annuellement par courriel les membres à verser une cotisation volontaire annuelle.

  • Monsieur Charles Desroches rappelle l’importance pour les chalets de location de respecter les réglementations municipales dans les secteurs de locations 31 jours et plus.


8. Élection du conseil d’administration de l’APELOR pour trois postes réservés à combler.

Trois personnes ont manifesté leur intérêt à continuer de faire partie du Conseil. Il s’agit de Mme Danielle Bergeron, membre Austin, monsieur Ronald J, McRobie, poste réservé OOLC et monsieur Carol Boivin, poste réservé OSL. Il n’y a pas d’autres candidats qui se présentent et, par conséquent, les trois titulaires actuels sont réélus par acclamation. Le conseil d’administration, tel qu’établi dans les règlements, décidera qui assume les diverses fonctions.

L’assemblée remercie les membres du CA pour tout le travail accompli.


9. Point d’eau Austin.

Monsieur Ronald J. McRobie nous informe que le CA a invité madame Lisette Maillé, mairesse d’Austin, à assister à notre AGA 2020. Elle a décliné notre invitation.

Monsieur Ronald J. McRobie nous informe que le conseil municipal d’Austin refuse depuis 2017 la demande de l’Apelor de restreindre l’utilisation de leur petit terrain riverain à la baignade seulement. L’Apelor maintient sa demande, car nous croyons que c’est le seul moyen d’empêcher l’envahissement par les EEEA dans ce lac qui n’en a pas encore.

Les riverains constatent que de plus en plus de gens utilisent le terrain de la municipalité d’Austin pour mettre à l’eau leurs embarcations gratuitement, sans obligation de lavage. Les membres présents s’inquiètent vivement pour l’implantation des EEEA. Monsieur Ronald J. McRobie nous dit que le sondage réalisé à l’été 2019 sur ce terrain par l’Organisme du bassin versant de la Baie Missisquoi révélait que seulement 11 % des gens qui mettaient à l’eau leur embarcation ont dit l’avoir lavé au préalable. Nous continuerons de collaborer avec l’OBVBM.

Monsieur Patrick Bergeron suggère une nouvelle rencontre avec madame Maillé, mairesse d’Austin, afin de lui demander d’installer une station de lavage dans son stationnement municipal. Vu que la position d’Apelor est de restreindre l’utilisation du terrain à la baignade, il fera ses démarches dans ce sens à titre de citoyen. Toute démarche citoyenne est bienvenue auprès des deux municipalités.

Madame Louise Giroux suggère à l’Apelor de dire à madame Maillé que sa municipalité pourra être tenue responsable d’éventuels incidents sur ce terrain. Nous l’avons fait à plusieurs reprises dans les lettres que nous lui avons adressées depuis 2017.

Monsieur Éric Larochelle et monsieur Carol Boivin constatent le danger réel pour les utilisateurs de ce terrain de traverser la route 112 avec leurs embarcations. Ils entendent les automobilistes klaxonner et les voient faire des manœuvres d’évitement afin de ne pas frapper les utilisateurs. Monsieur Larochelle dit « les gens traversent avec leur planche à pagaie et ils ne voient pas les voitures arriver. C’est comme s’ils traversaient avec une planche de contreplaqué ». Ils craignent qu’un jour quelqu’un se fera frapper par une voiture et que seul un accident fera changer les pratiques.

Madame Sylvie Fréchette demande s’il y a une volonté environnementale de la part des maires ? Est-ce que c’est un accès public légal ? Madame Danielle Bergeron l’informe que ce n’est qu’un terrain riverain comme les autres, qui a autrefois appartenu à monsieur Jean-Louis Hamel et qui a été vendu pour 1000$ en 1981 à la municipalité d’Austin.

Madame Sylvie Lacombe affirme que la qualité de l’eau et de l’environnement exceptionnels du lac Orford devrait faire agir Austin et que cette municipalité qui se dit environnementale pourrait devenir un exemple de protection de l’environnement.

Deux éco conseillers engagés par Austin sont venus faire de la sensibilisation et poser des questions auprès des utilisateurs du terrain environ dix journées. L’Apelor souhaite obtenir les résultats de leur sondage.


10. Levée de l’assemblée à 11:25.

Rédigé par Danielle Bergeron, secrétaire du conseil d’administration de 2019-2020.